Partagez | 
 

 Yoon Mee Yin ~ Love is a promise... love is a beautiful dream, a utopia...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Yoon Mee Yin
Étudiante en Art (P. & S.)

Mais IRP, j'ai pour avatar : Ne RouJe suis âgé(e) de : 25Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 221Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 14/02/2012
MessageSujet: Yoon Mee Yin ~ Love is a promise... love is a beautiful dream, a utopia...   Mar 14 Fév - 22:20

Yoon Mee Yin
ft. Ne Rou


• identity card

• Date de naissance/Âge : 03/09/1993 à Séoul - 18 ans.
• Profession/Études : étudiante en art (Peinture & Sculpture).
• Niveau de richesse : modeste.
• Orientation sexuelle : aucune idée. Elle serait incapable de le dire... l'amour lui semble être déjà quelque chose de tellement abstrait après ce qu'elle a vécu.
• Famille : Ses grands parents paternels, qui sont ses vrais parents à ses yeux. Son père & sa mère sont des médecins humanitaires qui parcourent le monde pour soigner les plus démuni. Une quête pour laquelle, elle leur témoigne un profond respect quand bien même ses derniers sont de parfaits inconnus à ses yeux.
• Signes particuliers : elle passe constamment ses doigts dans ses cheveux ou elle s'amuse avec les plis de sa robe à chaque fois qu'elle se sent mal à l'aise. D'autant plus lorsqu'elle est près d'un garçon. Elle a subit un traumatisme lorsqu'elle était encore une jeune lycéenne, qui fait qu'elle a peur de hommes, garçons tels qu'ils soient. Bien qu'elle fasse toujours en sorte de ne pas montrer son malaise, elle tente toujours de partir ailleurs lorsqu'elle en a la possibilité. C'est pour cela qu'on la prend pour une fille à la timidité maladive, ce qu'elle n'est pas.
light goes on again

« Love is a promise... love is a beautiful dream,
a utopia... »

• your history

Avez-vous déjà eu cette désagréable impression que vous faites parti d’un monde qui ne vous comprend pas et qui ne cherche nullement à le faire ? Pourquoi cette question ? Parce que c’est résolument la sensation que je ressens au fond de mon être chaque fois que je quitte cet appartement, qui n’est pas le mien. Séoul est sans aucun doute indéniable, une ville bien à part. La population est telle qu’au final nous sommes tous que des fourmis parmi tant d’autres. On se croise, se côtoie parfois, allant même jusqu’à s’apercevoir que nous sommes voisins mais au final, nous nous ne connaissons point. Depuis mon arrivée dans cette ville, il y a un an à peine, j’ai cette terrible sensation de n’être personne, d’être une âme à la dérive qui ne semble nullement avoir un pont d’attache quelque part. Peut être est ce la vérité après tout, qui sait. J’ai toujours pensé que mon existence était une « erreur », la leur. D’être cet élément qui faisait que leur vie n’était pas telle qu’ils l’avaient songé, telle qu’ils voulaient qu’elle soit.

Dire que je leur en veux serait un mensonge. Je pense qu’être parents pour des personnalités aussi fortes qu’eux, était sans aucun doute possible une erreur. Lorsqu’on décide de dévouer sa vie aux autres, de mettre de côté son bonheur personnelle pour sauver la vie des personnes qui sont dans le besoin à l’autre bout du monde, on évite soigneusement d’avoir une vie personnelle. Il s’agit au fond qu’une question de choix. Le leur était déjà fixé lorsqu’ils se sont engagés dans une action humanitaire des années avant ma naissance. C’est pour cela que je ne suis point rancunière à leur égard, que je continue de leur parler au téléphone lorsqu’ils ont la possibilité d’en trouver un lors de leurs missions. Je sais qu’au fond, ils tiennent à moi, cela s’attend au son de leur voix, des mots qu’ils emploient et les attentions qu’ils ont à mon égard. Seulement, et peut être est ce moi le problème au final mais j’ai l’impression qu’ils sont de parfaits inconnus… Image peu reluisante et pourtant je n’arrive nullement à changer d’idées et ce quand bien même, je réside actuellement dans l’appartement qui est le leur, lorsqu’ils rentrent de missions.

Il est donc évidant que je ne suis point une Séoulite dans l’âme. Bien que cette fameuse capitale m’ait vu naitre au jour, je ne suis nullement restée assez longtemps pour acquérir la logique du parfait « citoyen » de la grande métropole qu’est cette ville. En effet après les six premiers mois d’allaitement et de repos forcé, j’ai été mis sous la tutelle des parents de mon père. Des personnes simples, vivant dans un village des plus banals au fin fond de la compagne coréenne. Le genre d’endroit qui n’intéresse sans aucun doute pas les habitants de cette ville. Pourtant c’est dans ses plaines vertes et arborisées que j’ai grandi et dans lesquelles je me sens chez moi. L’air pur de la campagne me manque tout comme les coutumes et pratiques qu’on y trouve. Ayant connu que cela, je ne suis qu’en mesure actuellement d’analyser les différentes fondamentales entre ses deux mondes. Oui monde, c’est bien le terme qu’il convient d’employer dans le cas présent.

J’ai pleinement conscience qu’en disant cela, je passe pour une fille qui est blasée de la vie mais cela serait fort mal me connaitre. Comme je l’ai dis un peu plus haut, je suis résolument l’une de ses êtres à part, ceux qui dans une certaine mesure ne répond pas correctement aux « règles » que la société nous inculque. Pourtant dire que je suis une marginale serait une erreur également. Au fond cela ne m’intéresse pas vraiment, de savoir de quel clan je fais parti, si ce n’est que je souhaite seulement être en accord avec moi-même, tout simplement. Souriante et gentille, je ne suis surement pas le genre de personne qui ira faire du mal à autrui. Si je voulais être honnête avec moi-même sans aucun doute que cet aspect de ma personnalité a été la source d’un des plus gros traumatismes que j’ai eu. Il y a encore quatre ans, j’étais une jeune fille sans histoire qui bien que réservée n’avait nullement aucune peine à aller vers les autres. Passionnée depuis ma plus tendre enfance par les deux arts que mes grands parents pratiquées, j’ai résolument eu rapidement l’âme d’une artiste, adorant pétrir la patte d’argile pour commencer un semblant de la sculpture, tout comme de passer des longues heures devant une toile pour y peindre le décor qui se trouvait sous mes yeux. Immortaliser le temps sur un morceau de papier ou les courbes d’un corps au travers d’une sculpture. Je ne sais ô combien de journées dans ma vie ce sont écoulées au contact de ses deux art. Du temps perdu sans aucun doute pour certains mais cela ne l’a jamais été à mes yeux.

J’aime ce que je fais et j’espère ne jamais à avoir à abandonner ce petit bout de rêve que je m’accorde. Un rêve dans lequel mes grands parents me soutiennent et ce depuis ma plus tendre enfance. Une utopie sans aucun doute pour certains étant donné le mal qui me ronge depuis des années, même moi, il m’est difficile de m’imaginer comme la demoiselle que j’étais auparavant. Mon innocence a volé en l’éclat le jour où j’ai décidé d’ouvrir mon cœur au garçon, qui faisait battre son cœur un peu plus fort que les autres. L’amour était résolument une science bien étrange pour une demoiselle telle que moi. Ayant toujours fréquenté que des établissements scolaires pour jeunes filles, je n’étais nullement habitué à ces personnes qu’on nommait « garçon ». Oh bien entendu, j’en connaissais certains depuis ma plus tendre enfance mais jamais aucun ne m’avait fait ressentir de tels frisons. C’est d’ailleurs à l’un de mes sunbaes, qui était un ami d’enfance, que je dois mon salut ainsi que mon aisance à pouvoir continuer de sourire et rire comme si de rien ne s’était passé.

Seulement cet accident dont je tairais les détails n’a point été sans incidence sur ma personne… En effet et quand bien même je me trouve parfois ridicule de réagir ainsi, je n’arrive plus à rester ou m’approcher d’un homme. Chaque jour, je vis un véritable calvaire lorsque je dois prendre le bus ou le métro, voir même lorsque je suis en cours. Bien que je tente de cacher cette phobie du mieux que je le puisse, il peut m’arriver parfois que je m’effondre en larmes totalement dépassée par mon inconscient qui me fait revivre cet enfer… Ce n’est vraiment pas facile à vivre tous les jours mais c’est ainsi qu’est ma vie depuis quatre ans. On s’y fait relativement bien au fond…. Ou pas. Désormais j’aspire sincèrement à vaincre cette phobie afin de poursuivre mon rêve. Après tout, n’est-ce pas à l’artiste d’aller vers sa muse, le sujet de son art ? Si. Et qu’est ce qu’il adviendra de moi si un jour on nous demande de sculpter un homme à partir d’un modèle vivant et que je ne suis pas en mesure d’accepter de me trouver seule en sa présence. Je n’ose à peine l’imaginer… et puis ce n’est tellement pas moi, cette fille que je suis actuellement. Seulement le dire n’est pas aussi simple que le faire et je sais qu’il me faudra encore du temps pour être en mesure d’avancer de nouveau. Je n’ai plus qu’à espérer que cela ne prenne pas trop de temps…


• Light goes on again... & you

• Votre plus grand rêve : devenir une artiste accomplir et posséder une galerie d'art pour y exposer ses chefs d’œuvres et ceux d'artiste qu'elle apprécie. un rêve qui lui prendra du temps mais elle s'accroche tant bien que mal.
• Connaissez vous ce site (si oui qu’en pensez vous ?) : elle en a déjà entendu parler, tout comme il lui est arrivé fréquemment de consulter le site, hésitant encore et toujours à y déposer une requête. La peur l'en empêche la plupart du temps, tout comme accepter le fait qu'elle a peut être besoin d'aide. En attendant elle se contente de suivre autant qu'elle peut les péripéties de ses gens, que cet être se cachant sous le nom de "Dreamer" parviennent à retrouver un peu espoir en l'avenir.
• Votre pseudo sur le site (uniquement sur ce dernier) : bunny girl.


• Behind the screen

• Pseudo ou prénom : mary.
• Âge : 24 toujours.
• Temps de connexion : tous les jours.
• Un commentaire ? : n petit m'attendait impatiemment donc je suis venu pour lui.
• Comment avez vous connu le forum ? : on se le demande.
• Avez vous lu le règlement ? : bien entendu
• Exemple RPG :
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Wei Mu Kyeom
Étudiant en Art (Manwha)

Mais IRP, j'ai pour avatar : Gong Chan Shik (B1A4)Je suis âgé(e) de : 25Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 34Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 14/02/2012
MessageSujet: Re: Yoon Mee Yin ~ Love is a promise... love is a beautiful dream, a utopia...   Mar 14 Fév - 22:24

C'est moi le petit ? j'espère que oui et que personne ne prend ma place TOT ♥ *pan*
Je suis un preuuuux chevalier qui vient à la rescousse des jeunes demoiselles. è_é


FIGHTING. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Yoon Mee Yin
Étudiante en Art (P. & S.)

Mais IRP, j'ai pour avatar : Ne RouJe suis âgé(e) de : 25Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 221Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 14/02/2012
MessageSujet: Re: Yoon Mee Yin ~ Love is a promise... love is a beautiful dream, a utopia...   Mar 14 Fév - 22:35

Il me semble en effet que c'est toi >////< ♥
Je compte sur toi pour me réhabituer à la gente masculine. Un preux chevalier >////< ? T'es mignon.
Merci je tente de finir rapidement ma fiche pour que tu saches à qui tu as à faire ♥.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Yoon Mee Yin ~ Love is a promise... love is a beautiful dream, a utopia...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Yoon Mee Yin ~ Love is a promise... love is a beautiful dream, a utopia...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» love and hate
» Manifestation au resto love love.
» I LOVE SCREEN
» CR 18/02/2014 Love Letter / Complots / Carson City
» Birthday + love. (Hailie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Light Goes On Again ::  :: • Fiches d'identités :: ● Fiches validées-