Partagez | 
 

 la vie n'est pas un long fleuve tranquille ✲ pv Jeon Tae Hwan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Pak Na Yung
Étudiante en langue

Mais IRP, j'ai pour avatar : Park Shin HyeMon nombre de récits postés sur le forum est de : 54Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 24/06/2012
MessageSujet: la vie n'est pas un long fleuve tranquille ✲ pv Jeon Tae Hwan   Sam 30 Juin - 13:13



Tae Hwan & Na Yung


« Sale garce, espèce de salope ! » Et voilà la main de l'homme qui s'abat brutalement sur la joue de sa jeune épouse. Une grimace, un gémissement de douleur alors qu'elle sert le poing aussi fort qu'elle peut se le permettre pour ne pas lui rendre le coups. Non, elle ne s'abaissera pas à le frapper, à lui faire mordre la poussière, de toute façon, elle en est incapable. Comment pourrait-elle avoir le dessus sur un homme, un homme horrible et malheureusement fort, psychiquement et physiquement surtout. Non, Na Yung préfère prendre le coup, fermant les yeux sur ce geste qu'elle lui fera regretter jusqu'à la fin de ses jours. En général, leur dispute se résume à des insultes, des critiques, des cris, mais jamais encore, au bout de trois ans de mariage, il n'avait encore oser la main sur elle. Elle était la princesse de sa famille, l'héritière du grosse fortune et jamais, bien que mariée, elle ne lui laissera le monopole sur la société high-tech de son père. Elle relève enfin les yeux vers lui, vers ses sombres prunelles exprimant rien d'autre que de la haine et sûrement aussi un narcissisme énorme. Elle se détend ensuite, pourtant toujours sur ses gardes et prête à lui sauter au cou pour l'étrangler si nécessaire. Elle grogne discrètement pour enfin finir par lui répondre. « Sais-tu pourquoi je me refuse à toi ? Pourquoi je ne peux t'aimer ? Tout simplement parce que tu me dégoûte, tu es pire qu'un cauchemar, tu es le Diable de ma vie ! » Elle lui a dit cela de manière si simple, si froide. Elle le fixe, prenant un air dégoûté , plus que d'habitude, elle le déteste, plus que d'habitude, elle rêve de sa mort. C'est une chose qu'elle ne souhaite pourtant pas, elle veut être libre d'aimer qui elle veut, de faire ce qu'elle veut, de faire le métier qu'elle veut mais sans pour autant tuer les gens qui lui barre la route de ses rêves. Il approche, lui attrapant le poignet pour l'attirer contre lui sans se préoccuper que sa femme se débat. « Tu m'aimerais, par la force s'il le faut, mais tu m'aimeras. » Et sans qu'elle ne puisse dire quoi que ce soit, il colle ses lèvres contre celle de la demoiselle qui le repoussera vivement, de toute ses forces pour ensuite reculer complètement une fois son poignet libre. Elle grogne, l'insulte de toutes les façons possible puis s'enfuit, allant vers la salle qu'elle aime le plus, cette salle de musique où un grand piano s'impose. Elle s'assoit, reprenant ensuite son souffle pour finalement laisser quelques larmes s'échapper et rouler sur ses joues pâles. C'est si rare qu'elle ne pleure à cause de lui, de cet enfoiré qui lui pourrit la vie. Elle finit par aller chercher son ordinateur portable, resté sur son bureau ; car oui, la salle de musique lui sert aussi de bureau, son idiot de mari ne venant jamais dans cette pièce. Elle était en larme quand elle a finalement ouvert son ordinateur portable, enfermée dans cette salle, dans sa grande et vide maison. Elle entendait encore les hurlements de l'homme qui lui sert de mari. Une dispute, encore une fois, bien qu'elle n'appelle pas vraiment cela une dispute. A ces yeux, une dispute concerne deux personnes s'appréciant un minimum mais dans ce cas là, il n'y a que haine et dégoût. Elle s'était pourtant convaincu qu'il ne réussirait pas à faire de sa vie un enfer, qu'il ne pourra pas la détruire et malheureusement, elle avait tord. Elle prit conscience de toute cela quand elle finit par cliquer sur les icônes de son bureau virtuel, quand la page des mails s'ouvrit et surtout, quand la première personne a qui elle a pensé était l'homme dont elle rêvait depuis la veille de son mariage. Elle aurait dû partir, se moquer de sa vie de princesse, être libre mais non. Elle avait fait la pire erreur de sa vie. Elle passe une main sur ses yeux rougit par les larmes et finalement reprend se qu'elle est entrain de faire : un mail. Elle a besoin de le voir, de lui parler, de le voir sourire d'entendre sa voix. Elle avait besoin d'être rassurée, de se sentir bien quelques instants. Le mail envoyé, elle attend avec impatience quelques secondes puis minutes pour finalement sourire, un sourire sincère qui s’agrandit en prenant part de sa réponse. Après quelques mails échangé, la voilà qui se relève pour aller simplement chercher son sac et sa veste. Elle quitte la maison après quelques insultes -encore- de son époux puis se dirige vers le point de rendez vous qu'elle avait donner. Elle ne voulait pas aller au club, son abruti de mari pourrait encore les suivre et frapper tout le monde tandis que dans un parc, Kkum pourra s'enfuir.

Elle arrive enfin au point de rendez vous, elle a cesser de pleurer mais son minois n'indique pourtant pas une moue réjouit, au contraire. Quand elle finit par s’asseoir sur un banc, elle se rend compte qu'il n'est pas encore arrivé. Elle soupire un peu, l'attente c'est chiant mais elle doit faire avec. En fin de compte, c'est juste qu'elle n'était pas sur le bon banc, parce qu'un peu plus loin, il était là, debout, attendant que sa cliente préféré n'arrive. Elle se relève pour enfin arriver à sa hauteur. Devant lui, a quelques mètres à peine. Elle ne peut se retenir et sans vraiment le prévenir, elle vient enfouir sa tête contre son lui, fermant les yeux et retenant ses larmes du mieux qu'elle le peut. Son contact, entendre son cœur battre, il n'y a rien de mieux sur terre pour elle, Na Yung était finalement bien là, bien mieux que dans sa grande maison, bien mieux que chez ses parents, bien mieux que toute seule sur son piano. « Merci, d'être venue. » C'est tout ce qu'elle arrive à dire pour le moment, c'est tout ce qu'elle est capable de dire quand son cœur bat si vide soudainement. Elle finit par reculer de lui, d'un pas, les joues ayant prises une teinte rosée appuyant simplement les larmes versés un peu plus tôt. « Je suis désolée de te déranger ton soir de congé » Mais elle est tout de même heureuse de voir que malgré cela, il est venu, qu'il est venu pour elle. Sa bonne humeur revient aussi vite, elle oublie la gifle, oublie les propos de son idiot de mari, elle oubli cette journée merdique enfin. Elle penche un peu le minois sur le coté pour finalement reprendre avec un grand sourire. Elle avance vers le banc, s'y installant et posant son sac à main sur ses genoux, les yeux rivés sur le sol, le sourire ayant disparut alors qu'elle murmure simplement. « Il m'a frappé » Elle avait déjà raconté à son hôte chéri son malheureux mariage, ses envies d'évasion, ses envies de liberté mais c'était la première fois qu'elle parle vraiment d'un problème, d'une dispute avec lui et là, encore plus que c'est la première fois qu'il lève la main sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Jeon Tae Hwan
Chanteur de Rue & Host

Mais IRP, j'ai pour avatar : jung yong hwa [CNBLUE]Je suis âgé(e) de : 25Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 74Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 26/05/2012
MessageSujet: Re: la vie n'est pas un long fleuve tranquille ✲ pv Jeon Tae Hwan   Mer 1 Aoû - 16:48

Fatigué, son être ne pouvait que l’être alors qu’il avait passé la majeure partie de sa journée en ville. Quand bien même avait-il travaillé la vieille jusqu’à l’aurore, il ne s’était octroyé que quelques heures de sommeil avant de partir s’inscrire pour une émission de téléréalité dont on n’arrêtait pas d’entendre parler que ce soit aux journaux, sur les affiches publicitaires ou à la radio. A vrai dire, il ne pouvait nier qu’il était résolument resté perplexe face à ce phénomène qui semblait prendre de l’ampleur. Habitué aux canaux traditionnels du show-bizz, qui n’avaient de cesse de trouver de nouveaux talents chaque année pour les entrainer et faire d’eux des idols, il trouvait ça intriguant qu’ils mettent en place ce genre d’évènement. Tout cela, lui donnait la forte impression que l’inspiration américaine commençait doucement à faire sa place au sein de leur société, venant peu à peu brisée les coutumes qui dataient depuis toujours. Était-ce bien ou mal, il devait reconnaitre qu’il n’avait pas d’avis précis. Son rêve à lui n’était pas après tout d’être aux devants de la scène, non il désirait être un simple compositeur parmi tant d’autres. Il n’avait pas pour autre vocation que cela… il ne cherchait même pas à être absolument le meilleur. Son seul et unique souhait se trouvait après tout de pouvoir vivre de sa passion.

Il espérait un jour pouvoir être en mesure de quitter cette vie qui était sienne actuellement. Oh bien entendu, il ne se plaignait pas de cette dernière, il reconnaissait même avoir eu plus de veine que d’autre mais cela ne parvenait nullement à le satisfaire pleinement. Ses aspirations semblaient bien être différentes de celles qui lui étaient possibles actuellement d’escompter. Bon nombre de ses collègues du club d’hôtes, lui faisaient souvent la remarque qu’il était un doux rêveur. Il ne pouvait le nier, il l’était, son pseudo même au sein de l’établissement de gigolos le prouver, il conservait au fond de lui, le doux espoir d’avoir un avenir différent de celui qu’il possédait actuellement. Oh bien entendu, il aurait pu retourner sur l’ile de Jeju s’il l’avait vraiment souhaité, son père l’aurait laissé rentrer sans faire d’histoire qu’importent les disputes qu’ils avaient pus avoir par le passé. Seulement, il ne l’avait pas fait, il ne voulait pas voir sa galère actuelle comme un échec mais belle et bien une épreuve qu’il se devait d’affronter. Ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort et sa rage de parvenir à son rêve guidait la moindre de ses actions dans la vie de tous les jours.

Ainsi rentrant d’une journée particulièrement longue à faire le tour des maisons de disques pour donner quelques maquettes de ses compositions, il avait finalement tenté l’aventure que lui proposait cette téléréalité. A vrai dire, si il avait entreprit de se jeter à l’eau c’était grâce aux conseils avisés de son colocataire et ami qui l’avait dans une certaine mesure intimait à participer à l’émission. Il ne sait pas comment ça allait se passer, ni même s’il allait être appelé pour les auditions mais il l’avait fait et se rendait désormais sous la douche pour profiter pleinement de cette dernière. Sous la paume de douche, il savourait pleinement le doux contact de l’eau sur sa chair alors qu’il soupirait quelque peu épuisé. Il ne pouvait nier que ses traits se trouvaient quelque peu marqué par la fatigue qu’avait causée sur son être sa demi-insomnie. Ainsi, il passa bien plus de temps sous la douche qu’il n’en avait l’habitude, attrapant la serviette en passant pour s’essuyer immédiatement sorti de la douche. Sans aucun doute qu’il allait directement se confiner dans son lit, après avoir mangé quelque chose pour remplir son estomac qui semblait crier famine.

C’est uniquement vêtu d’un boxer qu’il sortit de la salle de bain s’essuyant ses cheveux qui trempe ressemblaient à rien. Un fait qui amusait tellement son colocataire qu’il n’avait de cesse de le taquiner à ce sujet. Seulement cette fois ci ce dernier se tenait devant son ordinateur résolument concentré par ce qu’il regardait. Ce dernier remarqua enfin sa présence, il releva son regard vers lui pour lui lancer.

« Oh Tae Hwan. Je crois que t’as reçu un mail sur ton portable, je l’ai entendu vibrer tout à l’heure. »

Intrigué par cette nouvelle étant donné que peu de personnes avaient son adresse personnelle, il se dirigea simplement vers ce dernier pour en lire le contenu. En voyant le nom de l’expéditeur, son sang ne fit qu’un tour alors qu’il prenait connaissance de ce dernier. Na Yung n’était pas une cliente comme les autres à ses yeux. Quand bien même n’était-il point en mesure de définir réellement ce qu’il ressentait pour elle, il ne pouvait nier qu’elle provoquait en lui quelque chose qu’aucune femme jusqu’à auparavant était parvenu à faire. Quoi ? Il ne savait pas mais c’était un fait qu’il ne pouvait pont ignoré alors qu’inquiet par les mots de cette dernière, il répondait immédiatement quand bien même s’efforçait-il de ne point montrer ces sentiments. Il est vrai qu’il avait plus tendance à être moins démonstratif en sa compagnie qu’avec celles de ses autres clientes. Après tout, on lui avait toujours expliqué qu’en aucun cas, il devait s’impliquer avec ces dernières car si elles venaient vers eux, c’était pour vivre seulement du rêve et rien que cela. Ainsi, après le bref échanges de messages qui suivit sa réponse, il se dirigea vers sa chambre pour s’habiller. Des vêtements simples en soit, bien différents des costumes qu’il avait pour habitude de porter quand il la voyait.

Cette rencontre allait résolument être bien différentes des précédentes, moins conventionnelles mais cela ne l’alarmait pas plus alors qu’il quittait l’appartement après avoir saluer son colocataire. C’est d’un pas rapide mais qui se voulait calme qu’il se rendit jusqu’au parc d’Insadong en empruntant le métro. Regardant sa montre, il remarqua qu’il était légèrement à la bourre alors qu’il pénétrait dans ce dernier. La nuit étant bien tombée, le parc était pratiquement vide, seuls quelques couples arpentaient les lieux tandis qu’il la cherchait du regard, quelque peu inquiet quand bien même cette impression semblait invisible à l’œil nu. Quelques minutes interminables avant qu’il ne l’aperçoive en face d’elle, si mélancolique que cela le chagrine énormément et lui donne envie de la prendre dans ses bras. Un geste normal en soit pour deux êtres qui s’appréciaient habituelle mais un doux acte qui lui était techniquement interdit d’avoir avec elle. Elle, qui se trouvait être sa cliente et qui pourtant lui donnait l’envie de la protéger envers et contre tout.

Sentir cette dernière venir briser d’elle-même cette terrible barrière lui fait énormément de bien pour venir se nicher contre lui, apaisa tant ses tourments qu’inconsciemment il l’entoura à son tour pour lui apporter un peu de plénitude. La voix de cette dernière se trouvait être ô fébrile, perturbée par des larmes qu’elle semblait contenir. Elle le remerciait simplement d’être venu et lui ne savait pas quoi répondre à ces mots. En temps normal, c’était son travail d’aller vers elle, de lui faire oublier ses soucis mais aujourd’hui… non il nétait pas Kkum mais bel et bien Tae Hwan, le jeune homme qu’il se trouvait être en réalité. C’est donc dans un silence de plomb qu’il la laissa quitter ses bras, donnant doucement à son cœur l’opportunité de se calmer alors qu’il l’observer avec cet air si mélancolique sur le visage. Un air qui n’était nullement exceptionnel mais plus prononcé qu’en accoutumée alors qu’elle lui murmurait qu’elle était désolée de le déranger lors de son jour de congé.

« Ce n’est rien. » souffla-t-il simplement dans une voix rauque, quelque peu essoufflé par l’activité physique qu’il venait de faire alors qu’il la voit sourire et venir s’asseoir sur le banc se tenant derrière eux.

Un sourire qui vient cruellement se contrastait à cet air si triste alors qu’il sent qu’il est la cause de ce soudain virement de situation. Inconsciemment, certes mais il le sent, il ne peut y rester aveugle. Prenant place auprès d’elle, sans être trop près, il sent que ce sourire n’y est plus, que cet air n’a jamais été aussi profondément triste. Les mots qu’elle prononce le font souffrir alors qu’il prend conscience de la pesée de ces derniers en se tournant vers elle, inquiet, résolument. Cette fois ci son inquiétude n’est nullement invisible tant ses traits semblent être affectées par la nouvelle. Très doucement et d’une façon bien inconsciente ses doigts vinrent doucement se glisser sur sa joue alors qu’il lui murmure.

« Il t’a frappé ? Rassures moi, c’est la toute première fois qu’il l’a fait, n’est ce pas ? »


Tu… plus de vous… plus de barrière. Par cette nouvelle, il prend conscience que cette dernière a besoin de lui, que sa vie si parfaite ne l’est pas totalement. Attendant simplement une réponse, il la regarde avec attention tâchant de trouver une réponse par lui-même, résolument tétanisé par l’idée d’apprendre que cet acte n’est pas nouveau.

TENUE : 01.



If believing in a better future is a utopia then I'd live a dream through.
I was having trouble in the long and dark, in the one place where a streak of light shines. In order to reach that place, now my time is here taking an easy breath, I will stand proud in front of you all. No matter how difficult it gets as I fall from being tired, the light that shines on me again. Even though I want to give up and run away, it shines towards me even brighter. If the lights go on again and shines over me again, I will raise myself again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Pak Na Yung
Étudiante en langue

Mais IRP, j'ai pour avatar : Park Shin HyeMon nombre de récits postés sur le forum est de : 54Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 24/06/2012
MessageSujet: Re: la vie n'est pas un long fleuve tranquille ✲ pv Jeon Tae Hwan   Mer 1 Aoû - 18:20



Tae Hwan & Na Yung


C'est bien la première fois qu'elle voit cet air sur son visage, la première fois qu'elle voit vraiment ce qu'il peut ressentir et étrangement, ça lui fait mal. Pourquoi a t-il l'air si inquiet à son sujet ? Pourquoi a t-il l'air si paniqué ? Elle ne sait de lui que ce qu'il désir montrer, après tout, elle n'a toujours été que la cliente bourré de fric qui passe au club et qui, chaque fois, exige que ce soit lui. Elle se souvient d'un soir, il était en congé et elle n'était au courant. Elle avait payer pour qu'on lui fiche la paix. Bref, tout ça pour dire que finalement, le voir ainsi, voir les traits de son visage se raidir, son regard s'adoucir et s'assombrir à la fois lui brisé le cœur. Parce qu'elle l'aime, simplement. Elle est tombée amoureuse de lui et aujourd'hui elle en paie le prix pour simplement le voir, lui parler. Elle n'est qu'une cliente parmi tant d'autre, c'est toujours ce qu'elle s'est dit alors pourquoi, là, il a l'air si inquiet ? Son sentiment de fait que redoubler quand d'un geste doux il vient poser sa main sur sa joue. Les larmes au bord des yeux ne peuvent pas se retenir et doucement, les petites perles d'eau salées roulent sur ses joues rougies. Tant de questions et si peu de réponses quand à ses propres émotions. Son cœur s'affole alors qu'il ne se rend même pas compte de l'effet qu'il a sur elle. Elle avale sa salive difficilement, relevant finalement la tête et les yeux pour plonger ses prunelles tristes dans celles inquiètes de l'homme qui lui fait face.

« C'est.. la première fois. » Murmure t-elle finalement. C'est la première fois que son abruti de mari ose lever la main sur elle, la première fois qu'une de leur dispute quotidienne devient aussi violente. Habituellement, ils s'ignorent, s'insultent, se critiquent mais jamais rien de plus. Elle s'enferme dans sa salle, joue du piano pour se calmer, se ressourcer puis monte dormir dans la chambre d'ami. A cette pensée, son cœur se sert. Au yeux des autres, de ses amies, des inconnues, Pak Na Yung n'est qu'une gosse de riche qui a tout ce dont les autres rêves. Elle a un mari, une magnifique maison, des études dans une grande université mais au final, personne ne voit que sous ses sourires, sous cet argent qu'elle dépense à tord et à travers, sous ses blagues qui ne font rire qu'elle.. Personne ne voit qu'au fond de ses yeux Na Yung est malheureuse. Elle rêve parfois de tout plaquer, de partir loin d'ici, de faire sa valise mais il y a toujours quelque chose, quelqu'un qui l'a retient à Séoul. Elle baisse la tête, quittant son regard par la même occasion.

« En règle générale, on se dispute et je m'enferme dans la salle de musique, je joue du piano jusqu'à pas d'heure et je rejoins la chambre d'ami.. Mais pas aujourd'hui. » Aujourd'hui il y a eu le geste de plus, le geste de trop, le geste qui donne une proportion plus importante à leurs conflits, à leur vie conjugale pourrie et nulle. Elle soupire une fois de plus alors qu'elle relève la tête et les yeux sur lui. Elle évacue cet air triste qu'elle a sur le visage pour prendre un sourire, doux et enfantin, le genre de sourire qu'on a quand on fait une bêtise. Elle lève une main, sortant celle ci de sa poche en compagnie d'une carte couleur or. Une belle carte de crédit surtout. Le petit sourire reste sur les lèvres, les yeux pétillent un peu alors qu'elle reprend d'une voix encore un peu tremblante. Comme quoi, elle n'arrive pas a mettre cette gifle de coté. « J'ai prit sa carte de crédit en passant. Je vais me venger ! Il me faut une nouvelle tenue pour mon rendez vous galant de demain.» Un rendez vous galant ? Évidement parce qu'elle ira au club demain soir voir son Kkum donc, c'est un rendez vous galant, qu'elle a bien l’intention de passer du temps avec lui ce soir même. Bon évidement, le pauvre jeune homme ne risque pas de comprendre mai peu importe. Elle finit par quitter son banc, se relevant et, rangeant la carte, lui tend une main pour qu'il se relève. « Tu m'accompagne ? » Un petit sourire tendre, la main toujours tendu vers lui. A vrai dire, s'il dit non, elle le forcera mais elle aimerait passer la soirée avec lui, essayer de voir dans ses yeux une autre émotion que l’inquiétude. Et puis.. Elle ne veut pas être seule, elle ne veut pas rentrer chez elle pour faire face a l'autre idiot. Elle n'a qu'une envie en cette soirée, être avec lui, le voir sourire, voir dans ses yeux qu'elle est jolie dans une robe. C'est idiot, mais bien que ce soit difficile et douloureux, elle ne veut que ça, se sentir importante pour lui, juste une minute.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: la vie n'est pas un long fleuve tranquille ✲ pv Jeon Tae Hwan   

Revenir en haut Aller en bas
 

la vie n'est pas un long fleuve tranquille ✲ pv Jeon Tae Hwan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La vie est un long flood tranquille...
» On devrait pas vieillir
» [Moc] Takanuva avec un long coup
» MecRéant, de retour dans un gros jeu après un long périple !
» Voyage le long de l'Anduin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Light Goes On Again ::  :: • Insadong :: • Parcs-