Partagez | 
 

 Well, and if we were talking together? or not. | PV Bang So Young

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Lee Bo Mi
Assistante journaliste à K.B.S

Mais IRP, j'ai pour avatar : Park Yong Hee [ULZZANG]Je suis âgé(e) de : 28Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 226Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 26/02/2012
MessageSujet: Well, and if we were talking together? or not. | PV Bang So Young   Sam 19 Mai - 23:25

" well, and if we were talking together? or not..."
Bang So Young & Lee Bo Mi



Soupir. Le énième sans aucun doute depuis le début de la journée pour la jeune femme qu’elle était. Il faut dire que la journée qu’elle était en train de vivre était passablement en train de venir jouer avec ses nerfs. Pourquoi ? Tout simplement qu’il fallait avouer qu’en décidant de devenir assistante journaliste pour l’un des magazines musicaux les plus en vogue du pays, c’était pour qu’elle ait la possibilité de rencontrer certains artistes, d’être en mesure d’en faire connaitre d’autres qui quant à eux étaient encore inconnus du grand public. Bref, en gros elle avait espérer parler de sa passion pour la musique, le rock, laissait pleinement les gens la découvrir sans pour autant en venir à parler de « ragots » ou autre. Elle pensait vraiment que la chaine « K.B.S Music » était différente. Il faut dire qu’elle avait toujours eu peu de recul vis-à-vis des choses qui se déroulaient à Seoul. Une ville qu’elle était censée connaitre comme sa poche, sa double identité y ayant toujours plus ou moins habitée mais qui pourtant lui était aussi étrangère que le pays natal de sa génitrice. Bo Mi ou du moins Huan Yue de son vrai prénom avait toujours su qu’elle avait vécue dans un autre monde. Un monde bien éloigné de toute cette vie presque insignifiante qu’elle était présentement en train de vivre depuis près de quatre mois. Déjà quatre mois qu’elle avait prise la décision de quitter le Japon, sa terre d’adoption pour venir ici et tenter de vivre une vie normale. Le terme « normal » avait toujours le don de lui faire soutirer un rictus prononcé au coin des lèvres. Depuis son enfance, on avait eu de cesse de lui dire de se comporter « normalement », d’être une fille comme les autres, de dire que sa famille avait fait richesse dans le commerce internationale. Une couverture bien entendu pour cacher la saleté de cet argent sur lequel sa fortune repoussée. Si elle n’y était pas tellement habituée, sans aucun doute aurait-elle pu ressentir une certaine honte de vivre ainsi sur le dos de pauvre malheureux qui se trouvait à la fois proie et client des services proposés par le gang de son père. Seulement ce n’était pas le cas, son caractère était aussi dur que la pierre, presque intransigeante. A ses yeux, les victimes ou clients de son clan n’avaient que ce qu’ils méritent. L’argent qu’il demandait leur avait été donné, ils se devaient donc de rembourser qu’importe ce que cela voulait induire comme taux d’intérêt pour la suite. Le sang qui coulait sur les mains de son clan n’était que juste justice et n’avait jamais été coulé sans raison. Elle en avait l’intime conviction, du moins le contraire, elle s’y refusait car elle savait qu’elle avait raison. Trop sure d’elle ? Sans aucun doute était-ce le défaut qu’on lui attribuait tout le temps, proches, amis comme ennemies. Pour elle, il s’agissait juste d’être cohérent. Elle savait qui elle était, ce qu’elle valait, ce qu’elle souhaitait et au contraire ne souhaitait pas être. Il n’y a pas de demi-mesure dans ce bas monde. Tout est noir ou tout est blanc. Le fait de dire qu’il hésite des âmes grises c’est uniquement un moyen de berner le monde, de lui faire croire que l’être humain passe son temps à jongler avec les deux facettes de la vie. Elle ne se laissait pas berner, ou du moins plus maintenant. Elle était une âme maléfique, la frontière du bien avait été totalement bafouée lorsqu’elle avait tiré sur cet homme à travers cette vitre. Un geste qu’elle ne regrettait pour rien au monde car s’il était à refaire, elle tirerait de nouveau sans hésiter.

Seulement dans le cas présent, ce qu’elle était sur le point de faire ne lui plaisait guère… on pouvait même carrément dire que cela la rendait folle de rage. Voila pourquoi elle avait hâte d’être à la chef du clan de la famille. Elle détestait qu’on lui dise de faire ce qu’elle devait faire… à l’occurrence, enquêter sur la manageuse d’un groupe d’idole qui semblait avoir une relation assez ambiguë avec un des membres qui était un de ses protégés. Une certaine « Kimura Nana » dont le meilleur ami travaillait dans le restaurant dans lequel on venait présentement de l’envoyer, en lui demandant de récolter quelques potins. Potins… ce mot ne cessait de tourner en boucle dans son esprit et faire bouillir son sang dans ses veines. Si elle en avait eu l’occasion sans aucun doute que le simple regard noir qu’elle avait lancé à sa supérieure aurait été accompagné d’une remarque bien acerbe dans laquelle elle aurait dit que si elle avait envie d’écrire de la merde, elle aurait été dans un journal de merde… mais soyons honnête, elle s’était bien gardée de le faire. Elle n’avait pas spécialement envie de prouver encore une fois à son père qu’elle était incontrôlable avec ses nerfs qui soyons honnête était souvent dictateur sur sa conscience. Elle s’était alors contentée de rugir entre les dents un « bien madame, je fais ça de suite… » Dans un sourire presque inquiétant en prenant ses affaires pour sortir. Elle s’était donc rendue dans ce quartier en trainant presque les pieds, en songeant à comment allait-elle devoir procéder. Cette idée l’épuisait déjà horriblement et pourtant elle allait devoir trouver un moyen d’en savoir plus… mais cela allait sans aucun doute demander du temps. Temps qu’elle n’avait nullement envie de perdre et qui pourtant elle allait devoir faire si elle ne voulait pas perdre son poste. Qui a dit que la vie active était une partie de plaisir ? Elle voulait bien lui dire quelques mots à ce sujet. Caractérielle ? Absolument et si ça dérange quelqu’un, il n’a qu’à tracer sa route, elle ne le retient pas.

Elle soupira une nouvelle fois, glissant ses doigts sur le tissu de son blazer alors qu’elle le rajustait. De sa main droite, elle vint récupérer dans le fond de sa poche le dictaphone miniature qu’elle vint porter à ses lèvres en murmurant d’une voix rauque due à son addiction à la nicotine. « 11h58. Isadong. Restaurant où travaille le dénommé So Young, supposé meilleur ami du sujet « Nana »… »

Oui, elle se devait d’être professionnelle. Professionnelle… ce n’était pas compliqué, n’est ce pas ? Laissant son dictaphone en marche qu’elle prit soin de paramétrer convenablement, elle le rangea dans la poche de sa veste alors qu’elle s’avançait vers la porte d’entrée de l’établissement pour y pénétrer. Le lieu était assez sobre, convivial mais aussi très discret. N’étant résolument pas un restaurant de première place, chaque personne semblait pouvoir s’asseoir à la table qu’elle souhaitait. Elle prit donc place à une table à deux, laissant son regard arpentait les lieux, se glissait sur le visage des serveurs qui étaient tous occupés à s’occuper d’autres clients comme elle. Elle laissa ses doigts tapotaient simplement sur le bois de la table tandis qu’elle semblait par un sentiment qui l’irritait profondément. Elle n’aimait pas ça, le fait de ne pas jouer franc jeu surtout, ce n’était pas son genre mais elle n’avait pas le choix. Se mordant légèrement la lèvre inférieure, elle inspira profondément dans un air neutre alors que par habitude, magnétisme, elle extirpa d’une de ses poches, son paquet de clope qui donnait plus l’impression d’être des fins cigares. Une marque qu’on ne trouvait qu’au Japon et nulle part ailleurs. Perdu dans ses pensées, l’idée que ce qu’elle était en train de faire était interdit, elle vint glisser cette dernière au creux de ses lèvres, venant chercher dans ses poches son briquet. C’est lorsqu’elle entendit un raclement de gorge venant de sa droite ainsi que le regard quelque peu sévère mais néanmoins poli d’un des serveurs, qu’elle réalisa qu’elle était dans une zone non fumeur.

« Désolé. » Se contenta-t-elle seulement de murmurer alors qu’elle rangeait de nouveau son briquet dans sa poche ainsi que sa cigarette qu’elle venait tout juste de sortir de son paquet.

« J’étais tellement perdu dans mes pensées que j’ai complètement oublié que je n’étais pas dans la zone appropriée à cela. Y’a des jours où on se dit qu’on aurait mieux fait de rester au lit mais je suppose que c’est pareil pour tout le monde, non ? » Poursuit-elle alors qu’elle attrapait la carte que ce dernier lui tendait déjà pour la prendre entre ses fins doigts.

« C’est la première fois que je viens ici, vous avez des plats particuliers à me conseiller peut être ? » Finit-elle alors qu’elle relevait son regard ferme mais neutre sur le jeune homme qui se trouvait face à elle.

Oh bien entendu qu’elle avait remarqué qu’il s’agissait du jeune homme qu’elle devait interroger, approché pour lui soutirer le plus d’informations possible mais pas pour tout de suite. Elle avait le temps, tout son temps et elle comptait bien le prendre même si elle avait bien l’intention de mal s’y prendre. Que voulez vous, elle pouvait très bien se rebeller en se prenant comme un manche à balai au moins on ne pouvait pas lui reprocher de ne rien tenter. En ce qui concerne son habitude à parler d’elle comme un homme, il n’avait pas mal entendu, elle parlait rarement d’elle au féminin, que voulez vous on se refait pas.

TENUE ; 01.



Love is a silly feeling which blinds than anything else.
The same sky, different places, it becomes dangerous for us so I let you go. From lovers to strangers. It is cowardly, but I'm hiding because I’m not good enough. Cruel breakup is like the end of the road of love. No words can comfort me, Perhaps my lifetime’s last melodrama. Now its final curtain is coming down
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Bang So Young
Serveur

Mais IRP, j'ai pour avatar : Lee Kiseop (U-kiss)Je suis âgé(e) de : 31Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 134Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 16/02/2012
MessageSujet: Re: Well, and if we were talking together? or not. | PV Bang So Young   Dim 20 Mai - 14:27

&
Well, and if we were talking together? or not.

De nouveau un jour de travail. Il allait falloir que je trouve un moment pour me reposer, ne serait-ce que pour avoir une grasse matinée. Il est vrai que mon boulot n'était pas aussi épuisant que celui d'un sportif ni aussi stressant qu'un gardien de prison -est-ce qu'il y a vraiment une grande pression en étant gardien ?-. J'étais juste serveur, rien de plus. Le bonhomme qui vous dit "bonjour", "que voulez-vous commander ?", "ce sera tout ?", "bon appétit", "au revoir". Mes dialogues se limitaient à ça. Une habitude que j'avais prise avec le temps et à force de pratiquer. Mais ce n'était pas si mal. Je préférais un dialogue pré-fait, sans avoir à improviser sur le moment. Je savais que je n'étais pas fait pour un métier de parole, tels que porte-parole, psychologue, conseiller en orientation et toute ces petites choses. Et quelque part, serveur ne me correspondait pas vraiment non plus. Ce que je voulais faire, c'était bien artiste. Créer mon univers, le faire découvrir aux autres et gagner un peu d'argent sur le tas. Mais je n'avais pas eu le courage de me lancer dans ce dur domaine, alors j'étais ce que j'étais aujourd'hui. Simple serveur dans un simple restaurant. Néanmmoins, je passais bien mon temps. Il y avait toujours pire que ça dans une vie. Un salaire minable, un patron horrible et intransigeant, des conditions de travail inhumaines. Je n'avais rien de tout ça, j'en étais d'ailleurs heureux. Je me savais chanceux, comparé à certaines autres personnes. Je ne pouvais pas m'en plaindre. Non, je devais être reconnaissant.
Je débarrassais les assiettes de la table 3. Je passais la porte de la cuisine et tout de suite un tout autre brouhaha envahi mes oreilles. Ce n'était plus le passage des voitures étouffées par les murs ou encore les discussions tranquilles des clients qui venaient, mais les sons assourdissants des engins électriques. Machines à laver, four, micro-ondes, sècheuse, le tout ensemble. De plus, la chaleur des lieux étaient très élevée et l'air humide. Je me demandais comment les cuisiniers et plongeurs pouvaient rester ici toute le journée. Si j'avais été eux, je serais devenu sourd trèèès rapidement. Et la tête grosse comme ça ! Je posai donc le tas de vaiselle près de la bassine, saluai rapidement le plongeur et repartis prestement à l'air frais.

De nouveau de l'autre côté de la porte, je pris une grosse goulée d'air. Ah, mieux valait d'être serveur dans le restaurant que cuisinier enfermé à l'intérieur de ce capharnaüm. Ah oui, c'était vraiment mieux.
Je passai en revue les tables occupées. Les personnes les occupants n'avaient pas l'air d'avoir besoin de serveur, que ce soit pour débarasser, payer, se faire servir ou commander. Je n'étais pas le seul dans ce métier-là, ici. Mais on n'était pas énormément non plus. Le nombre de serveur devait être proportionnel à la taille et à la popularité du restaurant, enfin, habituellement. Le bâtiment n'étant ni très grand ni très connu, nous n'étions que maximum trois à servir en même temps. Mais souvent, nous n'étions que deux présents, voire un. En l'occurence, j'étais tout seul en ce moment. L'autre était allé aux toilettes, voire faire une petite course. Il allait falloir qu'il se dépêche. Midi arrivait et il allait affluer du monde. Ne pas être connu n'empêchait pas les gens de venir à cette heure fatidique. Quand on a faim, le premier restaurant était toujours le bienvenu. Et bah... on avait droit à une vague de monde et un joli nombre de commandes. D'ici là, j'avais encore une vingtaine de minute de répit.

Mais arrivaient déjà plusieurs personnes, toutes en même temps et groupées. Un couple assez agé, une jeune femme et un garçon de primaire avec sa mère prirent tous rapidement place à une table libre. J'allai chercher les menus encore diponibles et les distribuaient au table, un pour deux, en leur disant bonjour. Cependant, quand je servis la dernière cliente, la jeune femme aux cheveux relativement courts, vêtue d'un jean et d'un chemisier, je dus la réprimander. Non pas comme les enfants, -oh non, jamais je ne ferais ça à un client-, mais en l'interpellant discrètement. Un raclement de gorge, un excusez-moi, un hum, quelques choses comme ça. L'essentiel, c'était qu'elle comprenne le message sans que j'ai à le dire. Cependant, il existait des personnes qui comprennaient très bien mais qui demandaient ce qui n'allaient pas. Ou alors des gens qui ne comprenaient pas pourquoi on leur interdisait de fumer et qui s'en plaignaient. Je n'aimais pas ces situations, car je me faisais souvent crier dessus. Je devais gentiment leur demander d'arrêter, sous peine de les expulser. Peu s'arrêtaient calmement, alors j'en venais rapidement aux faits. Heureusement, ce n'était pas moi qui les conduisaient dehors, on avait des grands gaillards qui étaient là pour ça. On les voyait peu en temps normal, mais quand ils étaient là, c'était pas pour rien. Mais bon.. jeter les gens dehors ne me faisais jamais plaisir.
Cette femme d'un trentaine d'années n'était pas, pour mon grand plaisir, contraignante et elle rangea rapidement sa cigarette en s'excusant. Je lui avais à peine tendu le menu qu'elle me demanda ce que je pouvais proposer. Je lui répondis honnêtement :

-Eh bien... J'ai beau venir ici tous les jours, je n'y mange pas. Mon avis est assez arbitraire, mais je vous conseillerais le menu du jour. Je crois que c'est du poulet accompagné de riz, le nom du plat m'échappe.

Ah, que c'était bête. Peu de personnes demandaient l'avis du serveur, mais quand ils le faisaient, j'avais obligation de faire de la pub pour le menu du jour, quel q'il soit. J'aurais normalement pu lui dire le nom du plat -ratatouille, poulet frit, ommelette au fromage, boeuf émincé, soupe aux tomates, kimchi- mais aujourd'hui, sans que je sache pourquoi, je n'arrivais pas à mémoriser. J'espérais que je n'aurais pas droit à une réprimande plus tard..
Je soupirais discrètement, puis demandais, avec la même autonomie et habitude :

- Est-ce que ce sera votre commande ? Ou voulez-vous autre chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Lee Bo Mi
Assistante journaliste à K.B.S

Mais IRP, j'ai pour avatar : Park Yong Hee [ULZZANG]Je suis âgé(e) de : 28Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 226Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 26/02/2012
MessageSujet: Re: Well, and if we were talking together? or not. | PV Bang So Young   Lun 21 Mai - 12:30

Fumer, c’était résolument le seul moyen qu’elle possédait dans la vie pour se calmer. Aussi bête que cela pouvait paraitre, c’était que lorsqu’elle avait l’impression de sentir la nicotine traverser son sang pour apporter sa dose bienfaitrice à son esprit, qu’elle parvenait à reprendre contenance dans toutes les situations qu’elle vivait, même les périlleuses. Il est vrai qu’il était rare de la voir perdre ses moyens en temps normal, on était même bien plus habitué à faire face à la statue de pierre qu’elle était, qu’à la demoiselle quelque peu rebelle qu’elle se trouvait être au fond d’elle-même. Indépendante était résolument le terme qui convenait le plus pour la décrire. Il faut dire que depuis sa plus tendre enfance on l’avait éduqué pour qu’elle agisse de la sorte, que son caractère soit assez affirmé pour qu’elle ne soit pas l’une de ses femmes dont on pouvait bafouer l’intégrité et l’orgueil facilement. On pouvait même dire que ceux qui s’y risquait étaient plutôt rares, quasi inexistant tant l’impression qui ressortait de son charisme était inquiétant. Elle n’était résolument pas celle vers qui on se dirigeait inconsciemment pour lui demander son chemin. Son air froid, presque méprisant appuyé par la clarté de son regard qui n’avait rien de celui d’un coréen de naissance, faisait qu’elle donnait aux gens la sensation d’être inaccessible. Ce qu’elle était résolument en fin de compte. Elle n’était donc résolument pas la partenaire idéale pour discuter de choses futiles comme la pluie ou le bon temps, on pouvait même dire qu’elle exécrait cette hypocrisie que soulignaient ses conversations sans véritable fond. Pour elle, on parlait de ça pour éviter de ne pas parler et soyons honnête… ça l’irritait profondément de devoir le faire dans le cas présent pour répondre au désir d’une tierce personne. C’est à des moments comme celui-ci qu’elle se demandait pourquoi elle avait eu cette folie de vouloir intégrer un magazine et devenir journaliste. Le mystère de la vie sans aucun doute ou tout simplement son désir de tenter de changer, de trouver la force d’être ce qu’il convenait d’être… de faire parti du moule que la société réclamait plus ou moins de sa personne ? Au fond quelle importance ? Aucune… et pourtant aussi étonnant que cela pouvait paraitre, cela en avait pour elle. Oui peut être qu’au fond elle cherchait seulement à se persuader qu’elle pourrait faire des choses qui allaient contre sa nature, qui l’obligeait à aller au-delà de sa propre raison, de son désir.

Cela semblait être fort plausible et c’était ce qu’elle était présentement en train de faire face à ce jeune homme qui se trouvait face à elle. Si ce dernier n’avait point été celui qu’elle devait rencontrer et approcher, sans aucun doute qu’elle se serait seulement contentée de s’excuser, de le saluer et de prendre entre ses doigts le menu pour le laisser partir à ses occupations pendant qu’elle choisirait. Après tout, elle n’aurait en temps normal aucune raison de l’interpeller de la sorte, de chercher à converser plus longuement à ce dernier. Bavarde, elle ne l’était point sauf lorsque le sujet venait à tomber sur l’une de ses passions. C’est peut être justement à cause de ces dernières qu’elle était parvenu à se faire quelques bons amis à commencer par Eden et Kazuhiro, les membres de son groupe de rock avec qui elle partageait une passion commune : la musique. Elle était d’ailleurs très heureuse de les avoir retrouvés après plus de six années de séparation lorsqu’ils étaient partis aux États-Unis pour percer dans le monde de la musique en tant que compositeurs. Chose dont elle était la seule au courant avec quelques amis des deux jeunes hommes. Tout cela pour dire que c’était qu’auprès de passionnés tels qu’elle, qu’elle laissait apparaitre une facette moins froide et intransigeante de sa personne, ce qui était en fin de compte très rare. Il est donc évidant qu’en cet instant précise, elle se forçait à être un poil trop polie, trop cordiale pour être réellement sincère et cela ne faisait que rendre son orgueil encore plus vif qu’en accoutumé. Pour preuve en disant ses mots, elle avait senti ses phalanges tapées contre le bois de la table dans un geste très ferme, qui dénotait totalement avec ce sourire fin mais aimable qu’elle portait sur les lèvres. L’envie de fumer était très présente en elle et si elle ne se retenait pas, il était presque certain qu’elle aurait déjà ressorti sa cigarette avec l’intention évidente de la fumer, quitte à changer de place. Seulement elle n’en fit rien, laissant ses doigts rencontrer le bois dur de la table tandis que ce dernier répondait à ses questions qui semblaient résolument l’avoir prit de cours.

Ça commençait bien se disait-elle alors qu’elle l’écoutait patiemment, un fin sourire sur les lèvres tandis qu’il lui disait qu’il avait beau venir ici tous les jours, il n’y mangeait pas. Vive les conditions des serveurs dans ce pays se disait-elle alors qu’il poursuivait que son avis était assez arbitraire mais qu’il pouvait lui conseillais le menu du jour. Il sembla avoir un trou de mémoire et lui tendit le menu pour qu’elle puisse voir par elle-même. Ce qu’elle fit en attrapant d’un geste nonchalant la carte pour y poser ses yeux, du moins son seul œil pleinement valide. L’autre étant soigneusement bien dissimulé sous les mèches de ses yeux. Une imperfection physique qu’elle n’avait jamais voulu faire soignée, jugea qu’il s’agissait d’une punition divine pour avoir tué un homme. Une pénitence qu’elle acceptée et qui en plus de cela avait augmentée son ouïe par instinct de survie pour son plus grand plaisir. Ne pas laisser se abattre, telle était sa devise dans la vie. A la vue du dit menu, elle écarquilla les yeux, trouvant dans ce dernier bien trop d’éléments pour qu’elle puisse en mesure de tout manger.

« Eh bien… le menu du jour est assez consistant pour nourrir tout un troupeau d’éléphant, il faut croire… » Murmura-t-elle dans un ton cynique qui se voulait presque désinvolte alors qu’elle ajoutait simplement. « Non, ça ira pour moi, je prendrai seulement un plat de Kimchi, je n’ai pas spécialement faim aujourd’hui. Merci. »

Elle lui rendit donc le menu tout simplement d’un geste de la main et le laissa retourner à son occupation. Imaginant sans trop de mal qu’il lui faudrait patienter, elle se contenta seulement d’attraper son paquet de cigarette et sortit du restaurant pour aller fumer dehors tout simplement. Même à l’heure, elle n’avait aucune idée de comment elle allait procéder pour converser avec ce jeune homme. En effet, il n’était pas plus loquasse qu’il ne l’était, ce qui n’allait en fin de compte pas arranger la situation. Elle soupira donc alors qu’elle portait sa cigarette à sa bouche, sentant quelqu’un venir de sa droite, personne qu’elle vit passer dans son champ de vue. Un homme qu’elle ne sentait pas vraiment, son instinct étant vivement aiguisée elle ne savait que dire mais elle le trouvait louche quand bien même ce dernier se trouvait accompagné d’un homme tout aussi suspect et pénétraient silencieusement dans le restaurant. Son regard les suivit jusqu’à que la porte ne se referme sur eux mais elle ne bougea pas. L’avenir lui dirait si son instinct avait raison ou tort. Dans tous les cas, elle se contenta seulement d’allumer sa cigarette, inhalant la première latte qui lui fit un bien fou.

HS ; si jamais la réponse ne te convient pas ou autre, n'hésites pas à me le dire... j'avoue qu'il est un peu bizarre mais j'espère que ça te permettra quand même de bien avancer de ton côté. Je l'ai fais un peu sous le coup de l'inspiration ;).



Love is a silly feeling which blinds than anything else.
The same sky, different places, it becomes dangerous for us so I let you go. From lovers to strangers. It is cowardly, but I'm hiding because I’m not good enough. Cruel breakup is like the end of the road of love. No words can comfort me, Perhaps my lifetime’s last melodrama. Now its final curtain is coming down
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Bang So Young
Serveur

Mais IRP, j'ai pour avatar : Lee Kiseop (U-kiss)Je suis âgé(e) de : 31Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 134Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 16/02/2012
MessageSujet: Re: Well, and if we were talking together? or not. | PV Bang So Young   Lun 11 Juin - 19:11

Le serveur baignait toute la journée dans l'odeur de nourriture. Bien que la qualité d'isolation de la cuisine soit potable, il devait tout de même servir les plats à la "salle à manger". Aller les chercher, les amener, les rapporter. Tout ces allers-retours laissaient largement au jeune homme le temps de sentir ce qu'il transportait. Heureusement, la nourriture ne puait pas -qui viendrait sinon !-, au contraire. Cela ne le dérangeait certes pas, mais quand arrivaient les pauses déjeuner, cela faisait gargouiller son ventre vide. Le travail devenait dur dans ces moments-là ! Surtout que finalement, c'était chez lui qu'il mangeait, pas dans le restaurant avec ses bons plats. Avoir sous le nez un poulet fumant et se retrouver avec un bête bol de riz après... Cela la faisait moyen. So Young pensait souvent à prendre des cours de cuisine avec les employés de l'autre côté de la porte. Mais il n'avait pas vraiment le temps à la fois de cuisiner et d'apprendre. Alors bon, il fallait se contenter de ce qu'il savait faire et de ce qui prenait le moins de temps -et d'argent-. De plus, à force de manger peu, il pouvait un peu s'amincir. Pas qu'il se trouvait gros, du tout. Mais il était tout de même bon de pouvoir manger le moins possible, non ? Ah, cette question-là, So Young n'était pas sûr d'avoir la bonne réponse. Mais y répondre par un oui le rassurait. Ainsi, pas besoin de changer sa manière actuelle de vivre.

La cliente, elle, n'avait pas l'air d'avoir un appétit d'ogre. Elle trouvait que le plat du jour était trop grand pour elle. Hum, le serveur avait faim, et aurait bien voulu y goûter... Il sentit son ventre gargouiller quand elle prononça le mot Kimchi, mais sans doute pas assez fort pour qu'elle l'entende. Est-ce que les bruits de ventre diminuaient aussi à force d'en faire ?
Enfin, il s'empara du menu que lui tendait la cliente et repartit. Il nota son choix ainsi que le numéro de table sur une feuillette et l'accrocha au comptoir. Il n'y avait plus qu'à patienter. Mais apparemment, la jeune femme ne prit pas la peine d'attendre dans la salle, car elle empocha son paquet de cigarette pour aller la terminer dehors. Enfin, si cela lui faisait plaisir... So Young n'avait jamais été tenté de consommer des drogues. Évidemment, il avait essayé, mais rien qu'un fois. Et cela ne lui plut évidemment pas. Depuis, il n'y avait plus touché. Ah ! Que ça datait maintenant. Tout ce que son âge lui permettait, il ne le faisait pas. Gentil ~ Tout comme l'alcool et autres substances à prendre avec modération. N'aimant pas les boissons gazeuses, c'était un peu compliqué à boire pour lui. Mais bon, il ne rechignait pas quand c'était en soirée. Faire tchin-tchin avec un verre d'eau, ce n'était pas la meilleure façon de bien se faire voir. Bien que ce ne soit pas son but, de plaire au patron, ce n'était jamais un point de trop pour lui.

Peu après, un homme entra dans le restaurant, faisant sonner la petite cloche automatique. Le jeune serveur s'approcha de lui. Il était plutôt grand, portait un manteau brun foncé, des lunettes noires et un chapeau melon. Tout le portrait de l'homme suspect. Mais bon, si So Young devait se méfier de tous les gens bizarres qui passaient le pied de la porte, le compte serait trop long. Entre les vieilles personnes qui étaient pas loin d'être amnésiques, les grands gaillards qui montaient sur leurs grands chevaux dès qu'on leur demandaient quelque chose ou encore les petits enfants qui faisaient semblant de les braquer avec des armes en plastique. Bon, c'était une société diverse, ma foi. Il fallait de tout et ne rien discriminer et soupçonner. Alors So Young, comme gentil citoyen, fit comme d'habitude. Il lui indiqua une table où s’asseoir et alla chercher un menu pour le lui donner. L'homme ne fit aucun commentaire, prit simplement le menu avant de l'inspecter minutieusement. Et enfin, l'employé se retira pour le laisser faire son choix. Il aurait bien voulu faire une pause, rien que pour se poser quelques minutes sur une chaise, mais le cuisinier le rappela tout de suite :

- Commande numéro 11 !

Dans un petit soupir, So Young installa les baguettes, le bol, une serviette, puis finalement le plat. Le tout dans une attitude professionnelle et appliquée, évidemment. Par habitude, les clients remerciaient le gentil serveur d'apporter leur repas et s'y attaquaient directement. Pas besoin d'appeler le client de venir manger son plat. Mais ne voyant pas la cliente arriver de sa pause cigarette, il décida d'aller la chercher après cinq minutes d'attente. Il ne fallait pas que la nourriture refroidisse, tout de même. Il prit le chemin de la sortie, mais ne fit que sortir sa tête pour interpeller la jeune femme :

- Votre repas en servi !

Et hop, de retour à l'intérieur du bâtiment. En passant, sur son chemin, il prit la commande de l'homme au manteau. Quelle voix grave qu'il avait ! Presque inaudible. Aussi sur le peu qu'il lâcha "Menu du Jour", on pouvait aussi deviner qu'il n'était pas le genre d'homme à parler souvent. Mais passons. Le jeune homme nota la commande et laissa le cuisinier faire le reste. Pendant ce temps, le jeune cliente était rentrée et avait entamé son repas. Bon appétit !


[Y'a absolument aucun problème ! Moi aussi, s'il y a un problème, n'hésite pas à le dire ^^']
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Lee Bo Mi
Assistante journaliste à K.B.S

Mais IRP, j'ai pour avatar : Park Yong Hee [ULZZANG]Je suis âgé(e) de : 28Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 226Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 26/02/2012
MessageSujet: Re: Well, and if we were talking together? or not. | PV Bang So Young   Lun 18 Juin - 12:55

Perdue dans ses pensées, la demoiselle qu’elle était n’avait nullement idée de la procédure à adopter pour faire parler et sympathiser avec le jeune serveur qu’elle était venue rencontrer. Quand bien même se trouvait-elle quelque peu austère aux premiers abords, Bo Mi n’en restait pas moins une personne qui avait une certaine faculté à converser avec quiconque. Il est vrai qu’elle avait apprise à manipuler les gens, à se faire passer parfois pour ce qu’elle n’était pas mais en toute franchise, cela avait toujours été elle qui l’avait choisi. Jamais depuis sa plus tendre enfance, on lui avait demandé de jouer la comédie dans le but d’obtenir quelque chose, une information dont elle n’avait en fin de compte que très peu faire. Il était donc évidant que la demoiselle bloquée totalement, son esprit n’était nullement disposé à accéder à la requête de sa supérieure et on pouvait compter sur lui pour être plus que borner. Il était après tout celui qui commandait chez elle, pas de place à des bons sentiments ou ce à que voulait son cœur… Enfin, ça, elle essayait plus de s’en persuadée mais la vérité était bien entendu toute autre. Elle se contentait alors de fumer pour tenter de se calmer et d’apaiser cette boule d’amertume qui n’avait de cesse de venir jouer avec ses nerfs. Elle n’aimait résolument pas ça et les légers tremblements de ses doigts allaient totalement en adéquation avec cet état de fait.

Elle s’intima alors profondément à respirer calmement par de grandes inhalations, entrecoupés par ses activités de fumeuses qui venait bercer ce spectacle auquel se livrait son être. Elle devait reconnaitre que si ça tenait qu’à elle, elle prendrait ses cliques et ses claques mais le problème était qu’elle se devait de faire ses preuves. Elle savait que cette place au sein de cette grande boite était du aux contacts de son père qui l’avait fait engagé. Comme quoi en effet, il s’agissait plus d’une mise en épreuve qu’autre chose. Elle soupira à ce fait alors que son attention se fit capturer par l’arrivée intempestive d’un duo quelque peu intriguant. Il était rare que son instinct réagisse de cette façon et de façon si abrupte et soyons honnête, il était rare qu’elle ne se trompe. Seulement dans le cas présent, elle ne montra nullement son irritabilité à ce sujet alors qu’elle les voyait pénétrer dans le restaurant. Après tout, il ne s’agissait peut être que de simples clients, peut être même des habitués des lieux. C’est pour cela qu’elle n’avait point bougée, continuant d’inhaler la fumée nocive de sa cigarette qui peu à peu parvenait à l’apaiser dans une certaine mesure. Collé contre le mur du restaurant, elle observa quelques instants les passants que son œil valide pouvait apercevoir. Elle ne sut nullement combien de temps durant ce moment, perdu dans ce qu’il semblait être son esprit qui n’était préoccuper par une chose : la tâche qu’elle devait accomplir.

C’est ainsi qu’elle fut quelque peu surprise par l’arrivée du dit serveur qui lui fit part que son repas était servi. Elle voulu le remercier mais ce dernier était déjà retourné à ses occupations sans qu’elle ne puisse le faire. Elle se contenta alors seulement d’éteindre sa cigarette, la jetant dans l’endroit adéquat avant de rentrer à son tour dans l’établissement. En toute simplicité, elle reprit sa place et se retrouva devant le repas qu’on lui avait servi. Rien qu’à la vue, elle avait envie de vomir… Enfin peut être que l’image était peut être amplifié mais c’était quelque peu la vérité. Quelque peu anorexique, la demoiselle n’était résolument pas une personne qui aimait manger énormément. Elle avait même souvent pour habitude de sauter certains repas et de ne manger que faiblement. Autant dire que ce fait avait longtemps inquiéter sa mère et sa grand-mère qui avait voulu en connaitre la cause. Il est vrai qu’à son âge, les gens se devaient d’avoir plus d’appétit mais elle en était incapable. En gros, elle avait perdu le gout de manger de bons plats. Ainsi, elle ne pu s’empêcher d’afficher une moue quelque peu critiquable vis-à-vis du plat qu’on venait de lui servir quand bien même elle n’avait aucune raison de le faire. Attrapant ses baguettes entre ses doigts, elle joignit ses deux mains en toute simplicité pour lancer un « itadakimasu » muet comme elle avait prise l’habitude de le faire depuis sa plus tendre enfance. La seule trace encore présente de son éducation japonaise quand bien même la Bo Mi qu’elle se trouvait être, se devait d’avoir toujours vécue en Corée.

C’est donc en prenant entre ses baguettes un morceau de chou qu’elle porta ce dernier à ses lèvres, y mordant doucement alors qu’elle découvrait le gout du plat. Il ne semblait pas mauvais, ni particulièrement raffiné… enfin elle n’était nullement en mesure de le dire véritablement puisqu’elle avait perdu le plaisir de manger. Elle se contenta alors de manger doucement, observant par ci par là, le dit serveur qui servait désormais les clients qui étaient rentrés. Ces deniers semblaient peu loquaces et semblaient dévisager quiconque avait le malheur de trop les observer de près ou de loin. Autant dire que cela ne faisait qu’approfondir son idée première selon laquelle, les deux hommes étaient louches. Sa curiosité piquée à vif, elle ne pu s’empêcher d’interpeller le jeune homme lorsqu’il vint à sa hauteur lui demandant simplement.

« Excusez-moi, les deux hommes que vous venez de servir sont-ils des habitués du restaurant où c’est la première fois qu’ils viennent ici ? »

Question sans doute idiote pour le jeune homme, voir même terriblement déplacée mais elle ne pouvait nullement nier que son esprit était préoccupé par leur présence en ses lieux et cette forte appréhension qu’elle ressentait et qui lui avait de nombreuses fois sauver la vie.

HS : Désolée c'est vraiment pourri ;o; mais je voyais pas comment tourner autrement, je tâcherai de faire mieux la prochaine fois ;o;.



Love is a silly feeling which blinds than anything else.
The same sky, different places, it becomes dangerous for us so I let you go. From lovers to strangers. It is cowardly, but I'm hiding because I’m not good enough. Cruel breakup is like the end of the road of love. No words can comfort me, Perhaps my lifetime’s last melodrama. Now its final curtain is coming down
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Bang So Young
Serveur

Mais IRP, j'ai pour avatar : Lee Kiseop (U-kiss)Je suis âgé(e) de : 31Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 134Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 16/02/2012
MessageSujet: Re: Well, and if we were talking together? or not. | PV Bang So Young   Dim 1 Juil - 17:07

Débordé. Vraiment. On ne pouvait plus. Enfin, encore que ce jour-là, ce n'était pas complètement la foule. Non, on n'était pas en week-end, les gens étaient encore occupés avec leurs heures de boulot. Mais les chanceux qui ne travaillaient pas sur les périodes de midi profitaient bien. Ils sortaient tranquillement de leur boîte et venaient faire coucou au gentil serveur du restaurant. Que de gentillesse ! Sauf que So Young travaillait encore, et cela ressemblait beaucoup à du marathon. Il passait d'un côté de la salle à l'autre, prenant des commandes, servant et rendant la monnaie et débarrassant en même temps. Heureusement qu'il s'y connaissait bien maintenant, parce qu'il y avait un temps où il aurait été complètement dépassé. Il se rappelait encore, cela ne faisait pas si longtemps que ça, maintenant 2 ans. 2 ans qu'il s'était posé dans cet établissement. Au tout début, il n'était clairement qu'un débutant, il apprenait à prendre les commandes parfaitement, à poser les bonnes questions et à être poliment professionnel. Il avait ensuite appris à exécuter ces commandes. Les débarrasser et les servir. Cela semblait simple à première vue, et c'était d'ailleurs plus ou moins vrai. La seule chose, c'était comment on le faisait -fourchette ou baguette à gauche, puis couteau à droite- et la rapidité à laquelle on le faisait. L'employé n'avait effectivement pas tout son temps, il devait servir un maximum de monde sur un minimum de temps. Et dans une qualité la plus haute possible. Bâclé le travail fâchaient souvent les clients, ce qui voulait dire que le patron aussi n'était pas très content. Mais bref, c'était partout pareil. Satisfaire l'employeur, autant que l'on pouvait, sinon c'était au risque de perdre son poste.
Le serveur passait donc de table en table, faisant de son mieux pour servir en premier celles qui attendaient le plus longtemps. Tout ce qu'il espérait, c'était que les gens ne l'appellent pas pour des broutilles, telles que "Qui est-ce qui a fait ce plat ?", "Venez ici que je me plaigne un petit coup" ou "Vous connaissez le restaurant qui se situe à cent mètres d'ici ?". Il n'était pas là comme un informateur où encore bouc émissaire. Si les gens voulaient se renseigner ou se plaindre, il fallait le faire dans les temps où le jeune coréen pouvait encore s'ennuyer ou alors s'abstenir tout court. Vraiment. Des fois, Bang So Young se disait qu'il faudrait créer une réception. Ou alors mieux organiser les tâches des employés. Parce que le seul serveur ne pouvait pas tout faire parfaitement.

Mais bon, il n'avait pas tout son temps à réfléchir. Le jeune coréen servit trois tables en leur souhaitant un bon appétit, puis passa à la prochaine table. Le père de famille composée de 2 enfants et sa femme commandèrent un plat de frites-steak. Une fois le post-it collé à l'attention du cuisinier en chef, So Young changea rapidement de table. Il servit alors le repas de la table d'à côté et y servit l'eau. Aussi, il répondit rapidement à une question posée par un jeune homme. Une bande de jeunes touristes arrivèrent soudain en trombe, et le serveur dût les servir comme il put. Il leur désigna une table encore vide avec le bon nombre de place, et leur donna finalement un menu pour deux. En ce court moment de répit, l'employé alla se chercher un verre d'eau et but une gorgée. Le reste serait pour la fin du service. Très vite, il reprit le rythme et servit encore un grand nombre de table. Il allait vraiment être épuisé, à la fin de la journée. Un jour, il devrait compter le nombre qu'il servait par jour. Mais il avait sûrement trop peu de temps pour pouvoir rajouter une petite coche par table. Peut-être qu'il devrait demander au cuisinier d'en faire pour lui ? Bon, c'était reparti.

Bang So Young rejoignit la jeune femme fumeuse pour la... deuxième fois si l'on ne comptait pas le fait qu'il ait été la chercher pour qu'elle mange, étant sortie. Elle n'avait pas l'air de manquer de quelque chose, et surtout, son assiette était encore quasiment pleine. Voulait-elle changer de plat ? Il pouvait dire tout de suite qu'il ne pouvait pas. Cela ne se faisait pas, bien que plusieurs personnes ambiguës lui demandent encore si c'était possible. Il ne comprenait pas pourquoi elle l'appelait, bien qu'il voyait bien que son regard était quelque peu soucieux. Elle fixait avec tant de sérieux ces deux hommes en noir. Le serveur voulait bien l'aider à la soulager, bien que tout dépendait finalement de ce qu'elle allait lui demander. Parce qu'effectivement, il ne pouvait répondre que par la négative à son interrogation. « Non, c'est la première fois qu'ils viennent, il me semble ». Que pouvait-il dire de plus ? Il ne pouvait pas non plus dévoiler le trèèèès peu qu'il savait de ces étrangers. C'était une violation de la vie privée. Mais So Young voulant la rassurer, lui affirma avec toutes ses dents :

- Ne vous inquiétez pas, il ne se passera rien dans ce restaurant, vous pouvez manger tranquillement.


Sur ce, il s'inclina respectueusement et s'éloigna rejoindre son travail. Tout de même, cette femme devait en vivre des choses pour aller jusqu'à douter des gens autour de soi. Bien que ces hommes-là étaient peu chaleureux, il n'en aurait pas toute une histoire, ni demander à son serveur si oui ou non ils venaient souvent. Mais était-ce lui qui n'y faisait pas assez attention ? Il était vrai que l'employé coréen était un simplet dans sa vie. Il n'était vraiment pas loin de la norme de banalité, et il était un tant soit peu naïf. Il sentait qu'il y avait toute une vie mouvementée qui les séparaient. Tout des événements violents ou malheureux qui restaient inexistants dans la vie du jeune homme. Tout un monde finalement, dont So Young ne redoutait pas l'existence. Mais une chose était sûre, lui et elle ne se ressemblaient pas. Même dans leur vie prochaine, ils ne seraient jamais ressemblant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Lee Bo Mi
Assistante journaliste à K.B.S

Mais IRP, j'ai pour avatar : Park Yong Hee [ULZZANG]Je suis âgé(e) de : 28Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 226Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 26/02/2012
MessageSujet: Re: Well, and if we were talking together? or not. | PV Bang So Young   Dim 8 Juil - 15:40

Il est vrai que lorsqu’on découvrait Bo Mi pour la toute première fois, cette dernière ne renvoyait pas réellement une image positive de sa personne. Après tout, elle avait tout le profil du garçon manqué qui n’est pas facile d’approche. Elle n’aimait pas parler pour ne rien dire, n’aimait pas non plus s’épancher sur les choses qu’elle appréciait énormément si ce n’est la musique, le seul sujet où elle pouvait passer des heures à converser, ni aller à l’encontre de sa personne. Autant dire qu’actuellement rien ne l’inciter à se montrer plus courtoise qu’en temps normal, sa tâche étant résolument nocive pour son esprit qui refusait d’aller en accord avec le souhait de sa supérieure. Franchement… qu’est ce qu’elle en avait à faire que la meilleure amie de ce jeune homme avait un petit ami secret… un petit ami secret que sa supérieur soupçonnait être Park Il Wook, le main vocal des « Origine ». Alors elle trainait résolument de la patte, n’arrêtant peut être pas de trouver d’autre sujet de préoccupation que ce genre de « devoir » qu’elle devait faire ne ces lieux. Elle donnait alors vraiment l’impression d’être antipathique, résolument ennuyeuse et elle en avait pleinement conscience. Le simple fait qu’elle est laissée une moue boudeuse s’afficher sur le visage en découvrant son plat voulait tout dire. Elle n’aimait pas être dans ce restaurant, elle s’ennuyait de parler à ce serveur dans le seul but de lui retirer des informations sur une de ses proches comme on extorque de l’argent à un pauvre gamin car il est innocent et par-dessus tout, elle ne pouvait pas sentir ses deux hommes qui étaient entrés dans le restaurant pour manger alors qu’elle était partie fumer. Elle savait pas pourquoi mais elle ne pouvait pas les ignorer, ne pas les fixer. C’était maladif ou peut être était-ce son esprit qui préférait s’intéresser à leur cas qu’à celui qu’on lui avait intimé de s’occuper ? Peut être était ce les deux.

Dans tous les cas, cela ne venait nullement l’aider dans l’avancée de sa mission première et elle doutait résolument qu’elle allait y parvenir. Autant avouer qu’elle y mettait énormément de mauvaise foi puisqu’elle interceptait le jeune homme pour lui poser une question des plus stupides et sans réel de sens. Ouais, elle se demandait même si elle pouvait escompter le moindre résultat, si elle lui demandait directement de but en blanc. « Bon mon coco, ta best elle sort avec qui ? » Mais autant croire qu’un élastique invisible nous soutiendra si on saute d’un pont que d’espérer avoir une réponse et elle en avait pleinement conscience. La réponse du jeune homme lui fit intimement comprendre qu’elle devait se faire des films et même elle, finissait par croire qu’elle avait un problème. Ce qui n’était pas réellement un mystère pour elle en soit. Elle savait qu’elle était différente, qu’elle avait peut être même des soucis d’ordre psychologique mais l’avouer c’était impossible. Elle ne risquait pas de perdre la face pour se montrer sincère une fois dans sa vie, alors qu’elle était encore marqué par un passé résolument détruisant. Elle se sentit d’un seul coup bête ou parano face à la réponse du jeune homme et ne répliqua quoique ce soit alors qu’elle replongeait ses baguettes dans son kimchi, sans réel appétit. Cela faisait des années désormais qu’elle prenait plus plaisir à manger. On pouvait même la qualifier d’anorexique même si ce n’était pas réellement le terme qui convenait pour sa particularité. Elle soupira doucement alors qu’elle reposait ses baguettes sur son plateau après une dernière bouchée. Elle n’avait plus faim, si elle continuait de la sorte, elle finirait par être malade, son estomac n’était plus habitué à manger ainsi dans une certaine mesure. Lasse, son regard se reposa sur les deux hommes qui se tenaient toujours à leur table, plongés dans leur conversation. Oui, ils n’avaient pas l’air dangereux en soit. Elle était bizarre, elle le reconnaissait elle-même en silence. Assise, elle tenta de nouveau de se concentrer sur la tâche qu’était sienne en se souvenant de tout détail concernant la dite « Nana ». Le subordonné de sa supérieure lui avait bien mâché le travail en soit, elle connaissait pas mal d’informations sur cette demoiselle sans pour autant l’avoir rencontré une fois. Il lui suffisait seulement peut être de creuser cette voie.

Si ses souvenirs étaient bons, la demoiselle était une musicienne, de ce fait peut être même avait-elle l’habitude de fréquenter les festivals pour musiciens indépendants. Oui, peut être même avait-elle déjà eu l’occasion de la croiser puisqu’elle-même se rendait souvent à ces festivals en tant que musicienne en compagnie de ces deux meilleurs amis. Elle soupira de nouveau et se persuada de tenter le tout pour le tout et tant pis si elle se faisait démasquer mais après tout, qui ne tente rien, n’a rien, non ? Après tout, elle n’avait rien vraiment à perdre si ce n’est son boulot mais au pire des cas, elle saurait rebondir, elle était toujours douée pour cela. C’est pour cela qu’elle interpella en silence par un signe de doigt le jeune serveur, alors qu’il venait de servir une table. Par ce signe, elle lui fit comprendre qu’elle souhaitait avoir l’addition. Elle le laissa donc préparer tout cela alors qu’elle fixait le plat presque plein qu’elle laisser. Elle se sentit quelque peu navrée de ne pas être en mesure de faire honneur au cuisinier. Quand elle vivait encore au domaine, elle prenait toujours la peine d’aller s’excuser au cuisinier de la famille mais ce dernier avait prit l’habitude et finalement n’avait de cesse de la rassurer en disant qu’il comprenait, du moins en parti. Le problème venait d’elle, pas des autres. Elle soupira alors doucement avant de remarquer que le jeune homme venait tout juste d’arriver à sa hauteur.

« Je suis navrée de ne pas faire honneur à votre cuisinier, mais malheureusement je n’ai pas grand appétit. Si vous en avez l’occasion pourrait vous m’excuser auprès de lui ? »

Il est vrai que c’était la raison principale pour laquelle elle n’allait jamais au restaurant. Rentre des assiettes pleines en cuisine n’était pas bon pour les affaires et puis cela ne faisait que lui faire prendre conscience qu’elle gaspillait de la nourriture alors que d’autres mourraient de faim. C’était résolument assez dérangeant pour elle alors en public, cela ne rendait son mal être que plus profond.

« D’ailleurs, veuillez me pardonner de nouveau si je suis maladroite ou indiscrète mais par hasard est ce que vous connaitrez Nana ? Il me semble vous avoir aperçu en sa compagnie une fois maintenant que cela frappe mon esprit. Je me disais bien que je vous avez déjà aperçu une fois. »

Elle n’aimait pas mentir mais elle le faisait toujours avec aisance. A l’entendre dire cela de cette façon, on pouvait vraiment penser qu’elle connaissait « Nana » et que peut être même était-elle très proche d’elle puisqu’elle l’appelait directement par son prénom. Peut être que cela allait marcher… ou au contraire pas du tout mais au moins elle aurait tentée.



Love is a silly feeling which blinds than anything else.
The same sky, different places, it becomes dangerous for us so I let you go. From lovers to strangers. It is cowardly, but I'm hiding because I’m not good enough. Cruel breakup is like the end of the road of love. No words can comfort me, Perhaps my lifetime’s last melodrama. Now its final curtain is coming down
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Bang So Young
Serveur

Mais IRP, j'ai pour avatar : Lee Kiseop (U-kiss)Je suis âgé(e) de : 31Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 134Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 16/02/2012
MessageSujet: Re: Well, and if we were talking together? or not. | PV Bang So Young   Jeu 12 Juil - 16:49

Le jeune serveur n'était pas le genre de personne qui pouvait protéger n'importe qui de n'importe quoi. Il n'était pas un boxeur pouvant broyer tout ennemi rien qu'avec une main, ni un karaté-man qui mettait à terre tous ses ennemis, quel que soit leur nombre. Et ce n'était pas non plus Superman, bien évidemment. C'était juste un bête serveur, serviable et qui faisait de son mieux pour bien faire son travail. Les propos qu'il avait pu servir à sa cliente n'était pas vraiment digne d'un personnage tel que lui. Si les deux bonhommes qu'elle trouvait étrange voulaient passer à l'attaque et s'en prendre à elle, So Young aurait bien pu essayer de les arrêter, il ne deviendrait qu'un nouveau tapis pour le restaurant. Autant dire qu'il n'avait aucun pouvoir, et qu'il devrait peut-être mieux faire de se taire plutôt que dire des choses qui dépassaient ses propres capacités. Cependant, rassurer cette femme était quelque chose qu'il considérait comme étant un devoir de "chef" des lieux. Même si ses mots étaient loin d'avoir vraiment un réel fond, il espérait que son intention allait être comprise. Néanmoins, le fait qu'elle réponde que nenni et qu'elle ne réagisse pas, cela le fit douter sur son action. Il s'en voulu presque d'avoir parlé.

Bref, après avoir vainement attendu un petit instant une quelconque réaction de sa cliente, il finit par s'incliner encore une fois et s'en aller rejoindre son travail. Sa cliente ne sortit pas pour autant de ses pensées, mais ses autres tâches l'aidaient à la mettre de côté. Il tentait de se concentrer sur ses actes pour les parfaire encore, même si cela n'allait pas lui apporter la médaille du "meilleur serveur de Séoul". Pour autant que cette récompense existe. Il eut le temps de s'occuper d'une table avant que le jeune femme dépendant quelque peu de la cigarette le rappelle. So Young chercha d'abord à savoir si une autre personne avait besoin de lui. Ce n'était pas qu'il ne voulait pas de nouveau aider cette personne, c'était juste une histoire de priorité de service. Il ne pouvait pas toujours aider les mêmes tandis que les autres attendaient depuis perpette ! Allons bon, So Young n'avait pas chouchou pendant ses services. Mais comme personne ne semblait dans le besoin d'un employé de restaurant, le salaryman alla chercher l'addition que lui avait demandé la jeune femme avec son signe de main. Addition, porte-monnaie, et il était paré pour de nouveau servir cette cliente.
Il était tout de même étonné, car il y avait à peine quelques minutes, l'assiette de la coréenne était encore pleine, remplie sur les bords. Il ne voyait pas comment elle avait pu finir son bol en moins de vingt minutes, voire plus. Surtout, il voyait très mal cette cliente se goinfrer de son plat, il la trouvait plutôt fine et plutôt apte à prendre son temps. M'enfin, il comprit rapidement se dont il en retournait quand il arriva à sa table, son petit attirail en main. Elle n'avait rien, ou alors très peu mangé. S'il avait su, Bang So Young lui aurait conseillé un plat plus petit, moins garni. Il regarda avec désolation le plat que l'on aurait pu croire intact. Le cuisinier y avait mis un peu de son temps dedans et espérait toujours que ses plats pourraient rassasier les clients passant par ce restaurant. De plus, cette portion de nourriture aurait pu facilement nourrir certaines personnes dans le besoin. Que du gâchis. So Young avait presque envie de le finir lui même, tellement il en restait et la faim qui commençait à l'envahir ne faisait que renforcer cette idée.
Cette fois, il fut étonné en bien de la cliente. Elle aussi pensait à la personne cachée de l'autre côté du mur. Rare se faisait les gens qui s'excusaient encore pour les plats non-terminés, pour cause d'estomac pas assez grand pour contenir une assiette entière. D'accord, ce plat-là était encore particulièrement bien rempli, mais cela ne qualifiait pas les autres de "finis" pour autant. Mais qu'est-ce qu'un serveur y pouvait ? Il ne pouvait qu'être désolé pour son ami le cuisinier et débarrasser comme si de rien n'était. Mais bref, il était ravi que la jeune femme s'excuse. Il lui assura aussi qu'il ferait passer le message.
Il posa ensuite l'addition sur la table, s'attendant à ce que la cliente lui verse la monnaie et s'en aille. Mais pas du tout, au lieu de quoi, elle lui demanda s'il connaissait Nana. Relevant la tête, il observa la coréenne, les sourcils froncés. *Pourquoi une telle question ?* se disait-il. Mais cela ne l'empêcha pas de répondre honnêtement :

- Oui, je la connais. Pourquoi donc ? Vous la connaissez aussi ?


Il doutait un peu des propos de cette cliente, tout de même. So Young savait, presque à 100%, qu'elle n'était jamais venue ici. Son attitude de fumeuse et sa requête de plat en étaient presque des preuves. Bien que cela ne l'empêchait pas de le voir lui en compagnie de Nana autre part, il ne voyait pas trop où. Cela faisait un petit moment qu'il n'avait pas vu sa meilleure amie, et ses quelques visites se faisaient plutôt au sein du restaurant. Ah, elle lui manquait quand même, Nana. So Young se demandait ce qu'elle faisait en ce moment. Sûrement en train de suivre son groupe de musique dans ses activités.
Mais bon, So Young ne creusa pas la question plus loin, faisant un minimum confiance aux paroles de l'asiatique assise à sa table, cherchant de quoi payer le serveur. Le jeune homme étant de nature simplette, il ne remettait pas vraiment en cause la vérité que les gens lui apportait. Mais sachant tout de même réfléchir, il se posait un petit peu la question... par précaution.

[Hs- Eum, en fait, je ne sais pas si Nana m'aurait dit si elle avait un copain. Tu en penses quoi ? xD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Lee Bo Mi
Assistante journaliste à K.B.S

Mais IRP, j'ai pour avatar : Park Yong Hee [ULZZANG]Je suis âgé(e) de : 28Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 226Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 26/02/2012
MessageSujet: Re: Well, and if we were talking together? or not. | PV Bang So Young   Lun 23 Juil - 23:45

Le mensonge était résolument une chose dont elle avait horreur et pourtant, ce dernier faisait parti intégral de son existence. En tant que héritière d’une famille qui faisait fortune dans le commerce illégal, elle avait apprise dès sa plus tendre enfance à cacher la vérité sous des artifices si vrais que personne ne pourrait songer à la supercherie. Elle se souvenait qu’à l’époque, alors qu’ils vivaient dans l’ancienne demeure qu’avait été celle de son enfance, que tous leurs voisins étaient persuadés que la famille richement établie, se trouvait à la tête d’une entreprise de commerce international. Une famille bien sous tous les rapports qui se montraient toujours courtois, souriant et amicaux lorsqu’ils venaient à se rencontrer lors de soirées mondaines. La mère de Bo Mi, se préoccupait beaucoup d’œuvres de charités à l’époque, renvoyant aux yeux de tous, une image si bienveillante et chaleureuse qui personne allait douter de la propreté des mains de son mari, qui était pourtant responsable de certaines tueries en ville. Elle avait donc vécu dans le plus parfait des mensonges en étant l’une des principales actrices. Peut être était ce à cause de cela qu’elle n’aimait pas mentir plus qu’il n’était nécessaire ? Peut être. La demoiselle considérait avoir assez menti au cours de son existence sans en rajouter et pourtant, elle se devait continuellement de jouer la comédie. Parfois par obligation, parfois par soucis de se protéger ou alors pour atteindre tout simplement ses objectifs. La demoiselle n’était résolument pas une personne qui attendait qu’une chance se présente à elle, elle n’avait aucun mal à provoquer cette dernière qu’importe si parfois ses techniques étaient déplorables à avouer. Alors il était évidant que si aujourd’hui elle mettait autant de temps à tisser un lien avec le jeune homme, cela était essentiellement du à son manque d’implication, d’intérêt vis-à-vis de la tâche qu’on lui avait confié.

Les potins n’avaient jamais été les sujets principaux de ses occupations, elle les exécrait même pour en avoir été longtemps la victime… Avoir passé toute son adolescente à être prise pour une poupée, les personnes n’hésitant pas à le clamer haut et for alors que vous en avez dans le ventre en plus d’être animée par une envie folle de tout terrassée pour prendre en main votre destin, cela marque. C’est d’ailleurs à cause de remarques aussi peu agréables à ces yeux, qu’elle avait changé, qu’elle avait fini par être celle qu’elle se trouvait être désormais. Oui, il fut un temps où malgré son androgynéité, la demoiselle avait été une femme élégante et très féminine. Oui, elle avait portée des robes, avait possédée des formes rondes et féminines. Seulement cette situation dénotait totalement de l’environnement viril dans lequel elle évoluait déjà à l’époque : la moto. Un sport bien masculin qui pourtant lui permettait de s’évader totalement et oublier le mensonge dans lequel elle vivait. C’est à cette période que son état mental s’était plus ou moins dégradait. Alors qu’auparavant elle n’avait aucun mal à se montrer féminine, elle vint à repousser cet aspect de sa personnalité, peut être à cause d’un évènement qu’elle préférait oublier ? Qui sait ? Dans tous les cas, elle avait fini par développer un système de vie assez nocif pour sa santé en commençant par ne presque plus manger. Elle n’en éprouvait résolument plus le désir, ni même le désir. Les plats cuisinés, lui donnait la nausée et cela avait été le cas présentement. A peine deux coups de baguettes et elle sentait qu’elle pouvait déjà recracher tout ce qu’elle venait de manger. Une habitude qui était sienne et à laquelle elle s’était habituée tout comme ses proches... victime de rumeurs qu’elle aurait souhaité qu’elles restent secrètes, tel avait été le déclencheur de sa situation actuelle.

Une situation actuelle qu’elle ne regrettait pas, quand bien même aurait souhaité que sa vision soit différente de celle qui était sienne aujourd’hui. Elle était bien trop fière pour avouer le contraire ou même accepter le fait que cette mission allait être un échec… et pourtant inconsciemment, elle désirait faire ses preuves. Ainsi elle avait donc essayé de bluffer, de faire croire à ce jeune homme qu’elle connaissait sa meilleure amie personnellement. Bien entendu avec une fine enquête préliminaire, elle détenait des informations très précise sur cette fameuse Kimura Nana, comme par exemple son état civil, sa date de naissance, sa famille… ainsi que des informations sur son passé, passé qu’il suffisait de creuser pour savoir qu’elle était musicienne, ayant même fait partie d’un groupe avant de devenir manager. Désormais elle trainait beaucoup lors de festival où elle-même se rendait pour jouer avec son groupe. Elle s’était même rendu compte qu’elle l’avait déjà entraperçu sur la scène lorsqu’elle jouait en compagnie d’Eden et Kazuhiro, ses meilleurs amis. Ainsi elle avait fait un mélange de toutes ses informations pour établir une stratégie. Une stratégie qu’elle venait que présentement de finaliser pour se lancer ni vue ni connue mais qui pourtant lui laisser un gout désagréable au fond de la gorge, ce qu’elle préféra mettre de côté pour le moment.

L’étonnement du jeune homme vis-à-vis de sa question soudaine ne vint en aucun cas la surprendre. Il est vrai qu’elle venait pour ainsi dire le prendre de court comme si elle avait eu l’intention dès le départ d’arriver à cette question. La vérité était en fin de compte pas si éloignée de cela et pourtant elle avait lutté contre une parcelle de sa raison qu’elle bafouait d’un revers de main en se soumettant à cette obligation qu’elle pensait être sienne. Aux mots du jeune homme qui lui répondit honnêtement qu’il la connaissait, la questionnant sur les raisons qui la poussait à lui poser cette question, elle s’évertua à poursuivre la comédie en prononçant simplement en secouant la main comme si elle était confuse.

« Désolée, je pense que je manque réellement de tact en ce moment… la fatigue sans aucun doute du au surmenage… en fait en vous voyant il me semblait vous avoir déjà aperçu et ce n’est que maintenant que je me souviens vraiment avec qui vous vous trouviez… En effet, je la connais… Nous sommes des amis d’enfance qui nous sommes retrouvés par hasard lors d’un festival de musique. Une de nos plus grandes passions d’ailleurs communes. » Avait-elle murmuré dans un sourire qui se voulait amical alors qu’elle inspirait profondément pour reprendre sa respiration face au monologue qu’elle venait de lui donner…

Autant dire bien loin des micros syllabes qu’elle avait auparavant laissée échapper. A croire qu’elle se laissait totalement allée sans songer un seul instant à ce qu’elle faisait réellement. Peut être était mieux pour elle si elle souhaitait faire convenablement son travail mais son orgueil dans une certaine mesure ne pouvait point le supporter. Seulement elle se contenta de rajouter pour finir.

« Comment va-t-elle au fait ? Cela fait longtemps que je n’ai pas eu le plaisir de la croiser… son travail en tant que manageuse ne doit pas lui laisser beaucoup de temps pour cela… Enfin j’espère que mes questions ne vous dérangent pas trop sinon n’hésitez pas à me le dire. »

A croire qu’elle possédait deux visages bien distincts… et pourtant c’était le cas, quand bien même devait-elle avouer qu’elle arrivait parfaitement à jouer son rôle pour le moment de la bonne vieille copine.

[HS : Étant donné que tu es son meilleur ami, tu te dois de bien la connaitre donc à mon avis quand ilwook et elle vienne parfois dans le restaurant pour te voir, tu dois sans doute voir le regard de Nana pétillé, être très préoccupé par ilwook. Surtout que désormais elle est heureuse donc elle doit avoir une auro de bonheur qui l’entoure. Je lui ai pas demandé mais à défaut de te l’avoir dit, y’a des signes évidant qui ne trompent pas *pan*]



Love is a silly feeling which blinds than anything else.
The same sky, different places, it becomes dangerous for us so I let you go. From lovers to strangers. It is cowardly, but I'm hiding because I’m not good enough. Cruel breakup is like the end of the road of love. No words can comfort me, Perhaps my lifetime’s last melodrama. Now its final curtain is coming down
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Bang So Young
Serveur

Mais IRP, j'ai pour avatar : Lee Kiseop (U-kiss)Je suis âgé(e) de : 31Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 134Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 16/02/2012
MessageSujet: Re: Well, and if we were talking together? or not. | PV Bang So Young   Ven 10 Aoû - 16:20

Le restaurant commençait à se remplir. Et de plus en plus rapidement. Des jeunes, des vieux, des adolescents, des enfants. Des couples, des groupes, des personnes seules. Des hommes ou des femmes. Les places publiques étaient les seuls endroits où l'ont pouvaient voir et avoir la diversité de la vie. Bien que certains lieux interdisent les animaux, l'être humain à lui seul pouvait était une vraie richesse. Les caractères et les passions à eux seuls pouvaient créer un monde infini. Chaque individu était tellement différent à celui d'à côté ! Bien que parfois, des personnes pouvaient être assez similaires, il y avait toujours un petit quelque chose qui les différenciaient. Manière de pensée, goûts alimentaires, ou encore priorités. Jamais, jamais il n'existait de personnes identiques. Bang So Young lui-même, ne pouvait exister en un deuxième exemplaire. Aussi simplet et ordinaire qu'il soit, il était irremplaçable et encore moins recopiable. C'était ce qui rendait chaque personne unique en ce monde. Ces unités, ces différences, il fallait que le serveur les accueille, leur parle, les serve. Il pouvait ainsi avoir un lien et un contact avec eux, les différentes entités qui peuplaient la planète. Enfin, du moins celles qui agréaient à manger dans un restaurant tel que le sien.
Seulement, So Young ne pouvait pas quitter la table de sa cliente. Celle-ci, il ne savait pas pourquoi, voulait discuter avec lui. Parler de Nana, apparemment, son amie d'enfance. Le jeune coréen n'était pas contre une petite discussion autour d'un thé, cependant, il était en plein travail. Il ne pouvait pas tout abandonner comme ça. Certes cela lui arrivait parfois, mais c'était lors de temps morts, lorsque la salle n'était remplie que d'une ou deux personnes. Et malheureusement pour elle, ce n'était vraiment l'heure qui allait avec ses intentions. So Young devait la servir comme il se devait et passer au client suivant. Il s'excusa :

« Nana va bien, je pense. Je ne la vois pas si souvent que ça. Seulement... ça me plairait bien de parler avec vous (comment suis-je sensé vous appeler ?), mais je dois continuer mon service. Si vous attendez un moment, quand il n'y aura plus grand monde, je pourrais parler avec vous. » So Young un léger blanc, pour que sa cliente puisse digérer un peu l'information qu'il avait dite. Puis, il continua « Il faudrait que vous me payiez votre repas, aussi.. »

So Young empocha ensuite la monnaie que lui donnait la jeune femme, lui redonnant lui-même le change. Puis il s'éloigna reposer tout le nécessaire sur le comptoir pour prendre les commandes des autres. Il s'engageait dans une sorte de routine. Parlant mécaniquement aux clients, leur souriant autant aux uns qu'aux autres et en faisant des gestes maintenant bien acquis. Combien avait-il dû servir de gens avant que la plupart parte ? Hum, énormément. Il fallait dire que So Young ne comptait pas ses clients satisfaits, mais s'il ne le faisait ne serait-ce qu'une fois, devrait-il compter par table ou par bouche à nourrir ? En voilà une question intéressante. Quelque part, la table payait, mais chacun mangeait. So Young empochait peut-être l'argent unique, mais il portait les plats à chaque table. Hum... il y réfléchirait plus sérieusement quand il s'y mettrait vraiment.
Quoi qu'il en soit, il était vraiment tard quand le gros soit passé. Le salaryman se demandait si la jeune femme qui voulait lui parler était restée. Si cela était le cas, elle aurait dû attendre joliment deux heures. Ouh, c'était long à dire comme ça, et puis oui, So Young travaillait longtemps. Le coréen n'avait pas pensé à regarder si elle était partie ou alors juste sortie, il avait été vraiment occupé. Une chose est sûre, la jeune femme n'avait pas pu rester à cette place, car alors elle bloquerait une table. Oh et puis, Nana avait beau être importante aux yeux de So Young, en parler n'était pas quelque chose de vital, alors il doutait que la cliente soit restée rien que pour lui parler.
Mais bon, pour en avoir le cœur net, il alla dehors et regarda aux alentours. Voir si elle était encore là, par hasard, en train de fumer.


[HS- Je me demandais surtout si leur relation n'était pas tellement bien cachée qu'ils ne sortaient jamais ensemble en public en fait. Mais comme je crois les paroles de Il Wook en personne /pan/
Dsl sinon, je crois que j'ai l'art de ne pas faire avancer les RPs.. et pour te répondre plus vite, j'ai fait court >x<]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Well, and if we were talking together? or not. | PV Bang So Young   

Revenir en haut Aller en bas
 

Well, and if we were talking together? or not. | PV Bang So Young

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Light Goes On Again ::  :: • Insadong :: • Cafés & Restaurants-