Partagez | 
 

 Teasing is also an ultimate sign of affection. | PV Kimura Nana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Park Il Wook
Membre de "Origine" & Etudiant

Mais IRP, j'ai pour avatar : Son Dong Woon [BEAST]Je suis âgé(e) de : 27Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 360Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 14/02/2012
MessageSujet: Teasing is also an ultimate sign of affection. | PV Kimura Nana   Dim 26 Fév - 16:09

" Teasing is also an ultimate sign of affection. "
Kimura Nana & Park Il Wook


La musique résumait à elle seule toute sa vie. D’aussi loin que ses souvenirs lui permettaient de s’en rappeler, cette dernière avait toujours fait partie intégrale de sa vie. Son père passionné par la musique classique, par le piano qui était son instrument de prédilection, lui avait apprit à en jouer, à en apprécier la mélodie comme s’il s’agissait d’une merveille, d’une chose inestimable. La musique avait toujours été là lorsqu’il avait eu besoin de se changer les idées, de laisser ses pensées s’envolaient au loin pour lui apporter une certaine plénitude. Elle avait été durant des années, une amie, une mère, c’était à son contact qu’il était parvenu à atténuer ses larmes, à oublier ses peines, à reprendre le gout de la vie. Les yeux fermés, la tête empli de sons que son MP3 émettait à travers ses écouteurs enfoncés bien profondément dans ses oreilles, il se laissait à celle-ci. Il laissait son âme s’envolait pour d’autres cieux, bien au-delà de la situation dans laquelle il se trouvait. Cela faisait désormais près de deux semaines qu’il travaillait jour après jour, à chaque moment de répit de la journée pour apprendre son texte et l’interpréter convenablement, impeccablement pour être en mesure d’être choisi. Il souhaitait sincèrement y arriver de tout son saoul. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il s’agissait de son plus grand rêve. Toute sa vie n’était qu’une comédie et quand bien même s’efforçait-il à penser le contraire, au fond de son être, il n’en avait pleinement conscience. Seulement cette situation lui convenant, y trouvant même son bonheur, appréciant le jeune homme que son rôle lui intimait d’être. Il était tellement plus simple d’oublier ses tristesses, ses faiblesses, de prendre une nouvelle peau et de tout recommencer. Il avait toujours eu une admiration sans vergogne pour ses acteurs capables d’émouvoir les autres par un simple regard, d’être en mesure de prendre la peau de personnages si complexes, si intéressant. Ce métier était résolument une merveille à lui-même et tout au fond de son être, il chérissait ce doux espoir d’être un des leurs, un jour, d’être en mesure de se noyer pleinement dans cette comédie pour oublier à tout jamais ses blessures, même les plus secrètes.

Du plus profond de son cœur, il désirait faire son maximum pour y parvenir et y arriver. Avec du travail, de l’acharnement et des êtres merveilleux pour le soutenir, il savait qu’il pourrait y arriver. Alors pour eux, pour leurs encouragements que ce soit les membres de « Origine », de Nana, leur manageuse ou ses fans, il voulait se montrer à la hauteur de tout ce soutien. Apaisé par la douce mélodie qui circulait dans ses écouteurs, il sentit son être se vider complètement, s’emplissant qu’avec des ondes positives alors qu’il songeait à tous ses souriants, emplis d’amour que leurs fans leur offrait à chaque montée sur scène ou à chaque fois qu’ils avaient l’extrême bonheur de les rencontrer. Cet aspect de son travail en tant qu’Idol était résolument celui qu’il préférait, qu’il chérissait même. Seulement ce bien être intérieur se fit gentiment interrompre par la douce chaleur de la main de Nana sur son épaule. Son passage étant éminent, il se devait de se concentrer de nouveau sur son audition, lui adressant un sourire angélique alors qu’il retirait ses écouteurs de ses oreilles, le lui remettant éteint comme s’il s’agissait d’une mère qui veillait sur ses objets. Ce qu’elle était à ses yeux en tout point. Ayant vécu toute sa vie avec qu’un seul parent, qui s’était trouvé être un homme, le jeune homme avait énormément souffert du manque d’affection maternelle et il n’était pas rare qu’il soit faible face à ce genre de gestes qu’on pouvait avoir à son encontre. Pour preuve, durant des longues années et même maintenant, il avait pour habitude de voir en son meilleur ami, un substitut de présence maternelle. Chaque soir lorsque son être lui réclamait un repos bien mérité, il allait se réfugier dans ses bras, voulant plus que tout fuir ses horribles cauchemars au creux de la chaleur de son être, comme un enfant le ferait avec sa mère. Il appréciait donc énormément leur manageuse, une femme au fort caractère, à peine plus âgée qu’eux, quand bien même cette dernière se trouvait être fort autoritaire et maternelle. Une demoiselle qu’il prenait ô grand plaisir à la taquiner, lui reconnaissant des traits uniques à son premier amour. Premier amour qui était toujours vivant au fond de son être quand bien la vie en avait-elle désirée autrement.

Ainsi et après un léger sourire quelque peu stressé qu’il lui tendit, il relut rapidement ses lignes, tâchant de se concentrer de nouveau avant qu’on ne l’informe de son passage. C’est donc après avoir partagée avec cette dernière le cri de guerre de leur groupe qu’il se rendit dans la pièce attendant simplement le châtiment qu’il serait le sien, déterminé à montrer ce qu’il avait dans le ventre. Ce qu’il fit en y mettant toute son âme dans son interprétation, interceptant par la même occasion des regards satisfaits, ce qui l’enchantant grandement tandis qu’il prenait enfin congé. Lorsqu’il sortit de la pièce et que son regard rencontra celui de la jeune demoiselle, il lui fit un signe de victoire dans un sourire tout enjôleur et terriblement mignon tout en s’approchant d’elle qui lui remettait déjà son manteau et son écharpe.

« Je crois que ça c’est bien passé… j’ai cru intercepter des regards satisfaits mais rien n’est jamais sur, je sais… mais je suis fier de moi, noona. Je suis vraiment satisfait de la prestation que je leur ai offerte. » Lançant-il alors qu’il enfilait son gilet et son écharpe à la va-vite alors qu’il pouvait voir à travers les vitres de l’immeuble que le soleil avait bien décliné depuis son entrée dans la pièce et que la nuit s’était peu à peu installé.

« Je suppose que nous allons rejoindre les garçons où alors on a quartier libre ? J’avoue que si c’était possible, j’aimerai bien pouvoir discuter avec quelques fans qui sont là, depuis ce matin. » Ajouta-t-il alors qu’il envoyait déjà un mail à son meilleur ami pour lui dire que l’audition qu’il venait de passer, c’était bien déroulée.

Interceptant un sourire attendri de sa manageuse, il sourit de même alors qu’il tirait la langue bien faiblement. Oui, il avait un brother complex et il n’y pouvait rien, l’assumant pleinement. Qu’importe s’ils n’étaient nullement niés par le lien du sang, s’ils n’étaient aux yeux de tous que de simples amis mais pour lui, Hyun Wook était tout simplement sa seule famille. Un être qu’il ne voulait à jamais perdre.

« S'il te plait, noona. C'est possible, ne ? » Finit-il tout simplement en faisant une tendre et adorable mimique d'aegyo alors que son regard se faisait tout innocent.

Après tout, il en mourrait tellement d'envie, lui qui appréciait plus que tout leurs marques d'affection sincère et les encouragements dont il le couvrait jour après jour dans sa quête vers son plus grand rêve.

TENUE : 01.



the real charm of the actor,is to admit publicly that he is really the character.
Even though I can’t say it right now, even when I keep getting nervous looking at you. I always think of you... You don’t know yet, you don’t know my love... but I just need you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romantic-love.kazeo.com
avatar


Kimura Nana
Manager de "Origine"

Mais IRP, j'ai pour avatar : YUIJe suis âgé(e) de : 31Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 127Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 21/02/2012
MessageSujet: Re: Teasing is also an ultimate sign of affection. | PV Kimura Nana   Jeu 15 Mar - 0:59

Manager, rien dans sa vie n’aurait pu la prédire à le devenir, elle avait seulement souhaité à la fin de ses études travailler dans d’évènementiel, un désir qui pouvait se trouver bien commun à ses camarades de classes à l’époque mais qui à sa grande surprise fut réaliser alors qu’elle venait seulement de sortir du cursus scolaire. Ses talents en langue et sa capacité à prendre en main la vie d’autres, de savoir les diriger avec une vraie force avait été sans doute l’atout qui avait fait en sorte que cette compagnie croit en elle. Son père était certes un homme relativement connu dans le milieu des affaires mais le nom Kimura était bien inconnu à la plupart des coréens et encore plus dans ce milieu fermé de l’évènementiel et de l’audiovisuel. Sans aucun doute qu’ils avaient cru en elle, sans vraiment y croire, elle avait seulement suivie en quelques semaine une formation de manager et on l’avait lancé dans le monde ô dangereux des médias avec à sa charge quatre petits adolescents, ils avaient seulement 16-17 ans. Bien entendu, les débuts avaient sans aucun douté étaient bien difficile pour chacun d’eux, certes son frères avait 14 ans à l’époque mais gérer quatre personnes dans un monde qui nous était inconnu était réellement difficile. Ces débuts pouvaient même être critiqués, comme ses décisions mais une chose était sûre, à l’heure actuelle elle se trouvait être une manager rôdée malgré sa jeunesse, elle avait su réussir à gérer ses quatre jeunes hommes et leur permettre indirectement d’avoir plus confiance en eux, de devenir des hommes forts et elle pouvait n’être fier que de ses « enfants », du progrès, de leur persévérance et de ce qu’ils étaient devenus aujourd’hui. De vraies idoles reconnus et aimés par leurs fans.

Et comme à chaque fois que chacun d’eux devait affronter une épreuve dans leur vie, elle se devait d’être à leurs côtés, les soutenir du mieux qu’elle le pouvait, même si elle pouvait paraitre bien impuissante. Elle se contentait alors d’agir en tant que soutien, venant les accompagner lorsqu’elle le pouvait et ce jour ne fit aucunement exception. Elle avait comme chacun des membres du groupe eut une nuit relativement courte. La sortie du nouvel album d’Origine se faisait de plus en plus proche et les réunions dans la compagnie se faisait de plus en plus longue et fréquente, sans compter qu’elle se devait d’élaborer plusieurs semaines à l’avance le programme du groupe en se coordonnant avec les plannings de l’agence, des possibles auditions, des émissions radios, des sessions de rencontres avec leurs fans… tant d’éléments qui faisaient en sorte qu’elle n’est jamais à s’ennuyer chez elle, qu’il lui arrive plusieurs jours par semaine de ne pas dormir pour son travail, pour faire en sorte que chacun des plannings soit compatible et parfait, pour ne pas à le modifier ou tenter de les modifier le moins possible pour pouvoir respecter ses engagements envers les différents médias de ce pays. Même si leur groupe à l’heure d’aujourd’hui avait gagné un certain nombre de notoriété et de respect auprès de nombreux médias, il se devait tout de même de respecter chaque personne qu’ils rencontraient.

Ainsi, pour l’avenir de Il Wook, elle avait décidé de l’accompagner à son audition, de venir le soutenir, comme l’aurait fait une mère avec son enfant un jour important de sa vie. Un enfant qui se trouvait à l’heure en train d’affronter une grande épreuve, il était en train en cet instant même en train de passer son audition pour peut-être pouvoir réaliser une partie de son rêve, devenir acteur le temps d’une série aux côtés d’autres acteurs qui pourront l’aider à se perfectionner et à améliorer son jeu. Stressé, inquiète, elle l’était de plus en plus depuis qu’il avait franchi les portes du studio et qu’il s’était retrouvé seul face à un juré impitoyable. Tenant dans ses mains les affaires d’Il Wook, elle ne cessait de serrer inconsciemment en ces instants son manteau et son écharpe, attendant qu’il ressorte de la salle avec un sourire ô émerveillé, ce qu’elle espérait du plus profond de son être. Elle souhaitait tellement qu’il réussisse son rêve et puisse être fier de lui, après tout, elle l’avait vu tant de fois entre deux enregistrements relire ses mêmes lignes pour les retenir et se trouvait être parfait pour cette audition et avoir ce rôle qui représentait tellement à ses yeux.

A son plus grand plaisir, elle n’eut pas à attendre bien longtemps pour voir la silhouette du jeune homme franchir la porte pour venir la rejoindre, avec un sourire satisfait sur le visage. Elle ne lui laissa pas le temps qu’elle lui redonnait sagement ses affaires pour qu’il puisse se couvrir, il devait faire attention à sa santé, peu importe le lieu où il se trouvait et protéger son corps du froid, comme sa voix, en particulièrement lorsqu’elle savait que Il Wook se trouvait être le membre du groupe le plus fragile. Les mots du jeune homme ne purent que la faire sourire tendrement, l’encourageant silencieusement alors qu’il se trouvait déjà intéressé pour venir passer quelques minutes auprès de ces fans qui l’avaient attendue en bas de l’immeuble. Un plaisir qu’elle ne pouvait nullement lui refuser, surtout pas lorsqu’il lui adressa une mimique tendre et adorable pour la faire s’attendrir et répondre à son souhait. S’il y avait bien une caractéristique d’ Il Wook à l’égard de ses fans, c’est qu’il se trouvait toujours attentionné à leur égard, n’hésitant pas à passer quelques minutes avec eux pour voir leur sourire et entendre leurs encouragements après un concert, une interview ou une audition.

. « Je suis contente pour toi alors si tu penses l’avoir réussi dans la mesure où tu es parfaitement fier de la prestation que tu as offerte. J’espère que tu arriveras à décrocher, du plus profond de mon cœur, particulièrement alors que je t’ai vu pendant tant de temps apprendre ce texte. J’espère que tu l’auras et gambatte. Au sujet de la rencontre de tes fans, je suppose que nous avons le temps de nous arrêter quelques minutes… puisque que nous n’avons rien de prévu pour la fin de soirée, nous avons le reste de notre soirée pour nous, pour nous permettre ne serait-ce qu’un peu de décompresser… les prochaines semaines sont bien complètes et je crains que nous n’allons pas retrouver un rythme dit « normal » avant bien longtemps. Alors je te propose, à moins que tu souhaites directement rentrer après au dortoir, de se divertir un peu… nous avons la chance d’être à côté du karaoke et je sais que ça t’aide parfois à décompresser un peu, alors qu’en dis-tu d’y aller après ? »


Elle termina ses quelques mots en laissant échapper un ravissant sourire à son adresse avant de se diriger vers les escaliers des couloirs pour rejoindre le hall d’entrée et enfin sortir de l’immeuble, tout en prenant soin de saluer chaque personne qu’ils croisaient avec un respect important. Même si elle travaillait avec des idoles, elle n’avait pas eu à prendre la grosse tête et à traiter les employées des différents médias comme des esclaves, des sous-fifres… après tout, elle se trouvait au même rang que la plupart d’entre eux, elle avait seulement peut-être plus de responsabilité à ses yeux.

Il fallut seulement quelques minutes avant qu’ils ne franchissent les portes du hall et qu’ils aient à voir apparaitre dans leurs champs de vision quelques fans du « little prince », des visages qui ne lui étaient nullement inconnues, des fervents fans d’Il Wook qui se trouvait être toujours présent à le soutenir. Elle ne put que sourire laissant celui-ci se rapprochait d’elle tout en faisant sorte ne pas se trouver trop éloigné de lui, même si elle se trouvait qu’une simple manager, elle se devait de surveiller et protéger celui-ci au cas où un danger se passerait, même si cela semblait extrêmement difficilement. Les anti-fans pouvaient très facilement se faire passer pour des fans afin de blesser les idoles, on ne comptait plus les accidents de ce type… Souriante, elle adressa quelques mots à Il Wook, qu’il fut le seul à entendre, avant qu’il ne commence à parler avec les demoiselles. « Va preux chevalier t’occuper de tes ferventes admiratrices ! » Il lui suffisait à présent seulement d'attendre la fin de leur discussion qui pouvait durer de nombreuses minutes connaissant Il Wook et ses fans.

TENUE .01
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Park Il Wook
Membre de "Origine" & Etudiant

Mais IRP, j'ai pour avatar : Son Dong Woon [BEAST]Je suis âgé(e) de : 27Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 360Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 14/02/2012
MessageSujet: Re: Teasing is also an ultimate sign of affection. | PV Kimura Nana   Sam 17 Mar - 0:44

Être une idole était résolument loin d’être un métier relativement facile. Lorsqu’on décidait de l’être, on devait être en mesure d’accepter de mettre sa vie personnelle et sociale de côté. Les sacrifices pour accéder à cette place si élevée du Show biz, qui permet à tout être de briller de mil feux à travers les yeux pétillants d’admiration et de tendresses d’autres personnes, étaient nombreux. Lorsqu’on acceptait d’entrer en tant que trainee dans une agence, maison de production, on concédait à cette dernière toute propriété de sa personne, quitte à devenir qu’un vulgaire pantin entre leurs mains. Certains y verraient une autre forme d’esclavage, d’autres diraient qu’il s’agissait simplement d’une contrepartie vis-à-vis de tout cet argent qu’ils misaient sur eux en leur permettant dans une certaine mesure à réaliser le rêve mais au final, qu’importe la réalité, c’était ainsi qu’était la vie des trainees et cela n’était résolument pas prêt de changer. Ils n’étaient nullement des pantins, simplement des êtres sur lequel on mettait beaucoup d’argent pour peaufiner leur talent en leur permettant de suivre des cours, certes dans une certaine mesure les recrues s’endettaient avant même de devenir des êtres important du monde de la musique mais cet argent ne leur était imputé que s’ils parvenaient à franchir cette étape… et soyons honnête après quelques années passées sous les feux des projecteurs, ils étaient en mesure de rembourser tout cet argent. Il wook n’avait nullement échappé à cette règle comme les autres membres de son groupe et amis dans le milieu. C’est peut être pour cela qu’ils se serraient toujours les coudes même si au final, ils étaient dans une certaine mesure confrontés les uns aux autres continuellement.

Seulement tout Idol digne de ce nom vous avouerait que l’argent n’est résolument pas la seule chose qui pourrait vous donner l’envie de vous battre perpétuellement et ce malgré que vous n’ayez pas fermé l’œil de la nuit les trois ou quatre jours précédents, que votre emploi du temps est tellement éreintant que vous n’avez même plus le temps de respirer ou de manger, tant on vous en demande parfois trop. Non, l’argent ne peut tout simplement pas motiver ainsi un être humain, d’autres métiers tout aussi rentable pourrait alors convenir sans demander un rythme de vie si destructeur pour votre corps. Alors pourquoi ? Tout simplement pour le sourire, le regard empli de tendresse et d’affection de leurs fans. Rien n’était plus merveilleux que cela, de voir une salle de spectacle entier hurler les syllabes de votre nom, de chanter à tue tête les paroles si mélodieuse de vos chansons avec vous, de sentir cette boule d’amour vous étouffer tellement celle-ci se trouvait être sincère et merveilleuse. Il Wook faisait parti de ses personnes. Il aimait ses fans, travaillait d’arrache-pied jour après jour pour mériter leurs louanges, leur tendresse et leur amour. Il était résolument que véritablement heureux à leur contact, lorsqu’il échangeait quelques paroles avec eux, qu’il était en mesure d’en savoir plus sur eux et ce que lui en tant qu’individu pouvait apporter à leur vie. C’est pour cela qu’il ne ratait aucune occasion d’aller à leur rencontre, qu’importe s’il les croisait dans la rue, à l’université ou lors d’événements organisés par la maison de disque. Attentionné, protecteur et résolument à l’écoute des autres, il était extrêmement de le voir la mine confite d’être importunée par une personne. Après tout, on ne le surnommait pas « Little Prince » pour rien, le membre au sourire d’ange qui semblait être le maknae, comparé à Tae Young qui, quant à lui semblait si mature.

Il était donc presque évidant que Nana avait même du sentir sa requête. Même si elle lui concédait que quelques précieuses minutes, il voulait au moins avoir la possibilité de remercier les quelques fervents fans de son fan-club d’être venu le soutenir. Sa mimique et son regard implorant n’était qu’une simple petite mise en scène, quelque peu grotesque devait-il bien l’avouer mais qui faisait toujours sourire cette dernière. Un sourire qui était résolument éblouissant, tout aussi sublime que celui de Mee Na, celle dont son cœur était toujours prisonnier quand bien même celle-ci n’était plus de ce monde. C’était pour elle, pour réaliser son rêve qu’il se trouvait d’être une Idol, qu’il marchait sur les traces qu’auraient pues, dues être sienne. Nana lui avoua donc dans un sourire des plus agréables à regarder qu’elle était contente pour lui, qu’elle espérait du plus profond de son cœur qu’il arriverait à décrocher ce rôle car elle avait pu voir ô combien il avait travaillé dur pour y parvenir. Des paroles si douces et magnifiques qu’il la regarda avec reconnaissance et sincère émotion alors qu’elle l’encourager en lui souhaitant bon courage dans sa langue maternelle. Une habitude qu’avait la demoiselle et qui la rendait d’autant plus attachante et adorable à ses yeux. Elle ajouta qu’elle supposait qu’ils avaient le temps pour s’arrêter quelques minutes en bas, puisqu’ils n’avaient rien de prévu pour la fin de la soirée dans le plaining. Ainsi ils pourraient donc en profiter pour décompresser, une idée qui l’enchanta grandement malgré qu’elle le prévenait que les prochaines semaines seraient quant à elles fortement chargées et que cela allait durer fort longtemps. Une nouvelle qui ne l’inquiéta nullement, sans doute bien trop habitué à avoir un rythme plus chargé qu’autre chose quand bien même cela nécessitait beaucoup d’énergies à son corps, déjà faible en temps normal. Elle lui proposa donc de se rendre dans un Karaoke pour passer la soirée, décompressé de cette journée ô éprouvante pour lui. Une idée qui la ravit et dont l’expression de son visage allait dans ce sens.

« Merci noona, je me serai senti navré de partir sans même les saluer. Ils sont si adorables d’être venue m’encourager alors qu’ils avaient sans aucun doute des choses plus importantes à faire. C’est tellement plaisant de converser avec eux. » Avait-il murmuré alors qu’il s’élançait à sa suite dans un sourire tout simplement enjoué. « En ce qui concerne le Karaoké, c’est une excellente idée. On pourra même prévenir les garçons plus tard pour qu’ils nous rejoignent s’ils peuvent. Enfin je leur enverrais un mail en temps et en heure. J’espère que tu chanteras, ne noona ? »

Rencontrant un membre du personnel de l’entreprise de production du film auquel il venait de postuler, il s’inclina tout comme son manager et ce, autant de fois qu’ils rencontrèrent des personnes sur leur passage. Très respectueux et amical, il leur adressait toujours un sourire sincère et ce depuis ses débuts en tant que trainee. Arrivé dehors, il attendit gentiment le feu vert de sa manager, souriant à sa remarque alors qu’il tirait la langue amicalement ajoutant.

« Enfin noona, tu reconnais que je suis un preux chevalier ? Mm… intéressant… serais-je devenu plus qu’un simple enfant pour toi ? »

Taquin, il l’était mais par simple amusement alors qu’il s’élançait déjà à la rencontre de la chef de son fan club qu’il salua comme si elle était une de ses amis. Prenant la peine de sourire et saluer chaque personne qui se trouvait être là à attendre son arrivée, il les rassura sur son entretien, sa prestation en leur disant qu’il pensait s’en être sorti mais que cela ne voulait pas dire qu’il aurait ce petit rôle. Seulement quand bien même cela pourrait être le cas, il n’abandonnerait pas et qu’il les remerciait infiniment de leur soutien, acceptant leurs cadeaux avec un sourire d’ange tandis qu’il leur offrait des pochettes de bonbons qu’il avait bien prit soin de confectionner la veille en révisant son texte dans leur appartement. Après quelques dernières phrases, il s’inclina bien respectueusement auprès d’elle et retourna auprès de Nana, à qui il entreprit de montrer les peluches que ces dernières venaient de lui offrir dans un regard et sourire angélique. Sans aucun doute qu’il avait l’air d’un enfant ainsi, à s’extasier devant de simples cadeaux comme ceux-ci mais il y voyait que l’amour et l’affection de chacune des demoiselles et cela le emplissait d’un bonheur sans nom.

« Elles sont adorables, elles m’ont fais pleins de cadeaux et même données des cadeaux à remettre aux garçons. Regarde ce petit lapin est pour Hyunnie, il est cute, ne ? » Lança-t-il alors qu’il lui montrait du bout des doigts un porte clé lapin qu’il avait retiré d’un sac que lui avait remit une de ses fans.

En disant cela, ils avaient commencé à prendre la direction du Karaoke que cette dernière semblait avoir aperçue en arrivant. Souriant de toute ses dents alors qu’il jouait entre ses doigts avec cette mini peluche, il lui montra un à un chaque cadeau qu’il avait reçu, se souvenant même du prénom de la demoiselle qui lui avait offert.

« Lorsque j’aurai le temps, il faudra que je fasse des photos et les mettent sur Tweeter, je suis persuadé qu’elles seront heureuses de cette attention. C’est la seule chose que je puisse faire pour les remercier de leur affection… On est bientôt arrivé, noona ? » Finit-il dans un murmure alors qu’il repliait bien soigneusement tous les petits cadeaux dans son sac, s’imaginant déjà comment il allait prendre les dites photos, un sourire angélique sur le bord des lèvres.

Très spontanément, il releva alors son regard tendre et adorable vers sa noona de cœur, attendant simplement une réponse de sa part.



the real charm of the actor,is to admit publicly that he is really the character.
Even though I can’t say it right now, even when I keep getting nervous looking at you. I always think of you... You don’t know yet, you don’t know my love... but I just need you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romantic-love.kazeo.com
avatar


Kimura Nana
Manager de "Origine"

Mais IRP, j'ai pour avatar : YUIJe suis âgé(e) de : 31Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 127Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 21/02/2012
MessageSujet: Re: Teasing is also an ultimate sign of affection. | PV Kimura Nana   Ven 30 Mar - 14:48

Il Wook, ce jeune homme était devenu en quelques semaines, en quelques mois l’une des personnes qui avait gagné son cœur. Comme chacun des membres de ce groupe dont on lui avait donné la charge il y a maintenant 4 ans. Un groupe qui avait su grâce à leur soutien mutuel avancer dans ce monde nouveau pour chacun d’eux, comme pour leur manager qui n’avait tout simplement jamais pris connaissance du monde réel de ce monde, même si ses études avaient été spécialisé dans le domaine de l’évènementiel. La réalité se trouvait bien souvent très différente des théories et il fallait tous les jours s’adapter à chaque évènement, à chaque changement sans perdre son sang-froid et rester calme. Après tout, reposait sur ses épaule tout un groupe alors elle se devait d’être parfaite, d’apprendre à se maitriser et ne jamais se montrer faible devant eux, même si à présent elle le pouvait sans aucun doute. Ils étaient devenus des hommes à présent, des personnes matures qui comprendraient qu’un jour elle craque, seulement en ses quatre années à leurs côtés, elle avait toujours tenu le coup et avait réussi à ne pas montrer réellement un côté faible de sa personnalité. Bien qu’il lui arrivait de se trouver irriter, Nana avait un caractère fort et personne ne pouvait lui reprocher quoi que ce soit à ce propos, tout particulièrement lorsqu’on savait qu’elle tentait toujours de faire de son mieux pour gérer la vie des autres… ce qu’elle faisait depuis maintenant douze ans. Au contraire, gérer sa propre vie était sans conteste réellement difficile, vraiment complexe pour elle qui avait toujours géré celles des autres. La plus grande décision de sa vie avait été sans contexte le fait d’imposer à son père qu’elle refusait catégoriquement de voir son frère s’éloigner d’elle, son frère avait pendant des années et encore aujourd’hui un grand pilier de sa vie et elle refusait de le voir partir. Autant pour son propre bonheur que pour celui de son frère qui tout comme elle, avait trop vécu à son goût de déménagement pénible pour voir à nouveau son frère s’éloigner d’elle. Ici à Séoul ils pourraient enfin former une famille, c’était ce qu’elle avait essayé de faire et réussi à faire malgré elle en quelques années. Bien entendu que leur famille se trouvait bien atypique, leur mère n’existait plus pour eux, leur père était présent même s’il se trouvait à des milliers de kilomètres d’eux et à Séoul, à présent ils n’étaient que deux, frère et sœur, à former à ce qui ressemblait à une famille. Une famille atypique mais qui a ses yeux était la meilleure des familles, tant chacun de ses membres semblaient réellement attachés l’un à l’autre. Personne ne pouvait leur reprocher leur unité à Séoul…

Et sans aucun doute qu’elle traitait indirectement chacun des membres du groupes Origine comme ses petits frères même si elle se trouvait bien plus autoritaire avec eux qu’avec son frère. Bien entendu qu’elle était parfois presque tyrannique avec eux, mais en même temps on ne pouvait nullement lui reprocher le fait qu’elle les aimait véritablement, qu’elle faisait tout pour les protéger. Sa présence en ces lieux et sa gentillesse en cet instant ne faisaient que confirmer seulement ses mots, comme ce doux sourire qu’elle offrait à Il Wook qui venait seulement de finir son épreuve. Une épreuve où il avait mis tout son cœur à la réussir, faire de son mieux pour peut-être un jour réaliser son rêve, devenir un acteur. Un rêve qu’elle espérait réellement réalisable, il travaillait à chaque audition comme un forcené pour y arriver, alors elle espérait qu’un jour ses efforts soient récompensés.

Ainsi, elle n’eut aucun mal à accepter le fait qu’il rejoigne ses fans à la sortie du bâtiment, comme il avait l’habitude de le faire après chaque entrevue si l’ambiance le permettait et la sécurité. Certaines personnes de nos jours pouvaient se trouver très dangereuses, autant pour les idoles que pour les autres fans. Subséquemment, même un peu éloigné de Il Wook, elle ne cessait ô grand jamais de les surveiller avec un regard bienveillant, souriant tendrement alors qu’elle le voyait discuter avec ces fans.

Il ne resta que quelques minutes à leurs côtés avant de se diriger vers elle, le sourire aux lèvres, portant dans ses mains les petits cadeaux qu’elles leur avaient offert, à chacun des membres : des peluches, des porte-clés, des cadeaux adorables en soit qui semblait rendre tout particulièrement heureux. La jeune demoiselle ne put alors que sourire tendrement aux mots du jeune homme qui lui montrait un porte clé lapin avec un sourire. Elle ne put qu’acquiescer et apprécier la bonne humeur et la joie qui semblait l’animer en cet instant, en lui offrant un beau rire, regardant avec plaisir chacune des poupées qu’il lui montrait, heureux. Les mots qui suivirent ne purent que la faire rire alors qu’il se dirigeait doucement vers le karaoké, à pied, qui se trouvait non loin d’eux.


« Oui, je suppose aussi que voir des photos de leurs cadeaux sur twitter risque de leur faire plaisir, surtout lorsqu’on sait que la plupart d’entre eux doivent te suivre dessus. Heureusement pour moi, je n’ai pas à subir tout ceci… je n’ai pas de compte sur ce site. Peut-être un jour devrais-je ? Enfin, j’ai le temps d’y réfléchir preux chevalier qui vient sauver les cœurs de ces femmes en fleur. Et je viens préciser que pour moi tu n'es encore qu'un enfant, ne t'imagines rien mon petit Il Wook ! Tu n'es pas mon preux chevalier, tu es celui des jolies demoiselles qui t'attendaient. » Dit-elle en souriant, avant d’entamer un nouveau pas vers leur lieu de destination sans répondre à Il Wook, s’amusant de sa petit bouille mignonne, ne se lassant sans doute jamais de ces mimiques adorables.


« Si on est bientôt arrivé ? Je ne sais… il faut que je me rappelle de la route… » Dit-elle avec un faux air sérieux à son adresse avant de retrouver son sourire. Il Wook connaissant bien la demoiselle, sa noona, devait sans aucun doute se rendre compte de son mensonge, Nana avait une véritable mémoire et il lui était bien impossible de se perdre ou de ne pas se rappeler d’un quelconque chemin.

« On va supposer que nous nous dirigeons vers la bonne direction… »

Laissant échapper un sourire, ils continuèrent à marcher, suivant donc la direction du dit lieu jusqu’à y arriver quelques minutes plus tard, le karaoke se trouvant réellement proche du lieu de tournage de l’audition. Heureusement pour eux, ils eurent la joie de ne voir qu’il y n’est que peu de personnes qui ne semblèrent pas reconnaitre Il Wook, ce qui leur permit ainsi de passer inaperçu et de ne nullement craindre la présence d’autres personnes, ainsi ils pourraient se reposer dans de bonnes questions, tout en restant bien inconnu. Le fait sans doute que ça soit elle qui est réservé la salle avait sans aucun doute joué en ce fait et elle ne pouvait alors qu’être heureuse de ceci. Il Wook avait besoin de repos et de se détendre, le calme ne lui ferait nullement de mal. Heureuse ainsi, elle prit les clés de la salle entamant le premier pas et vint ouvrir la porte, allumant la lumière, vérifiant l’état du lieu avant de laisser entrer Il Wook dans la salle. Comme une mère aurait pu le faire avec son enfant, Nana se trouvait toujours protectrice et attentionnée, faisant attention au moindre danger.

Tout en souriant, elle vint s’asseoir simplement sur l’un des sièges, laissant le libre choix à Il Wook de chanter ou de se reposer, à présent il pouvait faire ce qu’il souhaitait. Mais une chose était sûre, elle n’avait nullement l’intention de chanter, même si Il Wook le souhaitait… elle n’avait jamais vraiment aimé chanter en public, même s’il n’avait pas pour nature d’être timide. Elle s’installa simplement, déposant sa tête contre le fauteuil, fermant les yeux. Elle se laisserait porter la voix d’Il Wook dans quelques instants, pour lui permettre de se reposer à son tour. Même si ses activités se trouvaient souvent bien différentes de celles des membres du groupe, il lui arrivait souvent de sentir de la fatigue. Enfin, elle ne se plaindrait pas, elle aimait son travail. Sans aucun doute que le jeune remarquerait qu’elle se trouvait fatiguée mais il se devait bien d’avoir l’habitude de la voir ainsi, comme chacun d’entre eux. Leur travail leur demandait beaucoup de travail.

« A présent nous avons tout le temps de nous reposer et toi de chanter… et non je ne chanterai pas, je ne chante pas si bien… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Park Il Wook
Membre de "Origine" & Etudiant

Mais IRP, j'ai pour avatar : Son Dong Woon [BEAST]Je suis âgé(e) de : 27Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 360Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 14/02/2012
MessageSujet: Re: Teasing is also an ultimate sign of affection. | PV Kimura Nana   Lun 2 Avr - 18:59

Un homme au cœur d’or, c’est résolument le qualificatif parfait pour exprimer ô pleinement quel genre de personne se trouvait être le jeune homme. D’un naturel très avenant et amical, il était résolument le genre de garçon qui était apprécié et dont la compagnie était très recherchée. Pour cela, il suffisait seulement de voir son groupe d’ami qu’il possédait à l’université. O bien entendu, il n’était pas assez idiot pour ne point penser que sa popularité y faisait sans doute son petit effet mais il n’en restait pas moins que les regards de ces derniers, se faisaient toujours innocents et compréhensifs lorsqu’il leur demandait un petit service vis-à-vis des cours théoriques parce qu’il allait devoir se rendre à l’autre bout de la terre pour une série de concert. Bien entendu, il avait très rapidement su en qui il pouvait avoir confiance, qui était les faux amis, des vrais et pour cela, il suffisait seulement de remarquer qui avait son numéro personnel et qui ne l’avait pas. Ceux qui l’avaient, c’était ceux en qui il avait mit sa confiance, des personnes qu’il prendrait toujours plaisir à voir en dehors des cours pour boire un verre ou aller au cinéma si son emploi de temps le permettait ou pour tout simplement se rendre à la bibliothèque pour étudier. Les autres n’étaient alors que des camarades qu’il saluait, prenait plaisir à converser parfois mais qu’il savait qu’ils ne faisaient cela que pour acquérir une quelconque popularité due à son statut d’idol. Il est donc évidant que contrairement à ce que certains pensaient, il n’était pas dupe, savait parfaitement à quoi s’en tenir avec quiconque. Son intelligence lui permettait d’être clairvoyant à ce sujet et il en était de même vis-à-vis de ses fans. Ainsi il était en mesure de se prémunir des sasaeng, ces fans totalement inquiétantes qui s’étaient rendues à de nombreuses reprises dans leur anciens dortoirs. Des faits qui avaient totalement choqués les membres du groupe qu’ils étaient et qui avait poussé leur agence à changer leur lieu d’habitation au cours de l’année.

Face à cette épreuve, Nana avait été d’un profond réconfort, leur assurant que ces fans qui avaient violé leur intimité risquait sans aucun doute d’être les victimes des représailles de leurs vrais fans qui quant à elles ne pourraient nullement supporter cet acte. En effet après l’annonce médiatisée de celle-ci, les fans de leur fan-clubs personnels s’étaient liés les uns au autre pour lutter contre ce fléau, allant même jusqu’à se battre pour montrer à ces fans qu’elles les chérissaient de la mauvaise façon car cela les rendaient mal à l’aise et il ne pouvait dire le contraire. C’était très stressant de se retrouver face à l’une d’elle, tout particulièrement lorsque cette dernière se trouvait être une de ses camarades à l’université. Il se souviendrait toujours d’une brève entrevue avec elle, le regard de cette dernière s’était trouvé être si dérangeant, limite un peu pervers, elle avait même tenté de l’embrasser mais il était parvenu à l’empêcher à temps, tentant de la calmer en lui faisant bien comprendre qu’elle l’idolâtrait et qu’il n’était peut être pas le prince qu’elle souhaitait vraiment. En lui tenant fermement les poignets sans pour autant forcé, il s’était seulement contenté de sourire faiblement, mal à l’aise lui murmurant qu’il était persuadé qu’elle allait trouvé un homme sans doute à la hauteur d’une telle dévotion de sa part mais qu’il était navré, que son cœur appartenait déjà à quelqu’un, une personne qu’il chérissait du plus profond de son cœur et pour qui il se donnait à fond à accomplir le rêve qu’elle n’avait pu réaliser. Il ne savait pas ce qui était parvenu à calmer cette dernière mais elle avait finie par baiser le regard, male à l’aise, s’excusant de son comportement alors qu’il l’avait relâché enfin dans un sourire doux en lui murmurant qu’aimer c’était une chose merveilleuse mais qu’il ne fallait en aucune façon s’oublier soi même, se détruire pour juste espérer un retour, que cela était triste et qu’il ne souhaitait pas infliger cela à l’une de ses fans qui mettaient tant d’énergie à le soutenir… un soutien qui le rendait heureux car elles représentaient à ses yeux, cette mère qu’il n’avait jamais eu le plaisir de connaitre et qu’il souhaitait leur rendre ainsi leur amour tout simplement… sans aucun sous entendu, sans aucune promesse d’avenir, juste un amour pur et chaste, tendre et merveilleux à vivre.

S’il pensait à cela ce n’était nullement de façon anodine car cette dite demoiselle s’était trouvée parmi les rangs de ses demoiselles qui avaient sagement attendue devant l’immeuble de son audition. Elle avait rougit lorsque son regard avait croisé le sien alors qu’elle s’était montré plus calme que lors de leur précédente entrevue. Lorsqu’il l’avait reconnu, il avait senti cette légère inquiétude faire sa place dans son bas ventre avant d’être totalement écartée lorsqu’elle lui avait fait comprendre qu’elle s’était trouvée un petit ami qui était très jaloux de lui. Un message qui l’avait fait rire doucement alors qu’il avait accepté son cadeau avec grand plaisir dans des termes très respectueux en lui disant qu’il était très heureux pour elle, qu’elle devait encore plus le chérir qu’elle le faisait à son attention et c’était sur ses paroles qu’il avait retrouvé Nana, en direction de Karaoke vers lequel ils se dirigeaient. C’est la voix de cette dernière d’ailleurs qui le fit sortir de ses pensées dans lesquelles il s’était perdu en regardant le cadeau de cette dite « fan ». Elle lui répondait qu’elle supposait aussi que cela allait faire plaisir à ses fans de voir les photos de leurs cadeaux sur twitter, surtout qu’elle était intimement persuadée que certaines d’entre elles devaient le suivre. Elle l’informa que pour sa part, elle ne possédait point de compte sur ce site. Un fait qu’il avait pleinement conscience car il se trouvait particulièrement frustrant de ne point être en mesure de la twitter pour la taquiner, tout comme Tae Young le faisait souvent sur ce dit moyen de communication. Elle ajouta alors si elle devrait s’y mettre, murmurant qu’elle avait le temps d’y réfléchir, le surnommant encore le preux chevalier qui venait sauver les cœurs des demoiselles en fleur. Une remarque qui le fit sourire d’une façon plus malicieuse alors qu’il s’apprêtait encore à la taquiner à ce sujet. Une pique qui mourra dans l’œuf puisque cette dernière précisa que pour elle, il n’était encore qu’un enfant et qu’il ne fallait pas qu’il s’imagine quoique ce soit. A cette phrase, il fronça doucement son nez quelque peu vexé qu’elle le traite encore comme un enfant. Aussi étrange que cela pouvait sans doute paraitre, il n’aimait pas particulièrement que Nana le voit ainsi. Il était loin d’être un enfant, il était devenu un homme en l’espace de ces quatre ans passés en commun alors qu’ils avaient dus tous se battre à côtés des uns des autres pour montrer ce qu’ils avaient au fond des trippes. Alors il était évidant que son regard avait en l’espace de quelques secondes perdus de son éclat, quelque peu blessé par sa taquinerie qui lui faisait plus ou moins comprendre qu’il n’était qu’un enfant à ses yeux. Le fait qu’elle souriait en disant ses mots, le fit quelque peu se sentir coupable de les prendre aussi sérieusement mais c’était plus fort que lui… il ne parvenait pas à se contrôler.

« Tu devrais. Je suis persuadé que Tae Young en profiterait sans aucun doute pour te taquiner tout comme les autres membres du groupe. On s’en sert beaucoup pour s’échanger certaines choses pas très personnelles… puis ça nous permet d’être en contact avec nos fans. » Murmura-t-il simplement alors qu’il rangeait ses peluches dans le sac, tâchant de cacher plus ou moins sa mauvaise humeur soudaine qui devait sans aucun doute pas totalement échappé au regard avisé de cette dernière.

Il réagissait toujours ainsi lorsqu’il se sentait blessé ou mal à l’aise. Telle une huitre, il se refermait sur lui-même et se montrait cruellement sérieux, perdant cette innocence qui lui coulait à la peau en temps normal. Perdu dans ses pensées noires, il laissa Nana continuer sur sa lancée, sans dire le moindre mot. Elle lui murmurait dans un faux air sérieux qu’elle ne savait pas, qu’il fallait qu’elle se souvienne de la route. Chose totalement improbable lorsqu’on connaissait Nana, elle retenait tout et n’était résolument pas le genre de personne à ne pas savoir où elle allait d’autant plus lorsqu’elle était en charge d’une personne : de lui à l’occurrence. Son sourire taquin était résolument agréable à regarder et il ne se gênait pas pour le faire, restant silencieux alors qu’il avait prit son portable pour s’occuper l’esprit, tâchant d’avaler la pilule aussi pénible pouvait-elle l’être. Il surfa alors sur les diverses applications de son Smartphone, répondant aux mails qu’il n’avait pas eu le temps de lire tandis qu’ils arrivaient au dit lieu. En retrait derrière ses lunettes de soleil, il laissa sa manageuse s’occuper de louer la pièce, la vérifier avant qu’il ne puisse y pénétrer. Très sagement et toujours sans un mot, il prit place sur un des sièges alors qu’il déposait son sac à ses côtés, voyant Nana faire de même à ses côtés. Cette dernière ferma les yeux et il ne pu s’empêcher de la fixer avec une certaine pointe de douleur dans le regard. Un enfant, il n’était et ne cessait d’en être un pour elle, pourquoi ? Alors qu’elle semblait plus considérer les autres comme son égal. Qu’avait-il de moins qu’eux. Baissant son regard, son nez se fronça de nouveau doucement alors qu’il n’aimait résolument pas ça mais comme toujours, il savait qu’il allait gardait ça pour lui ou du moins faire en sorte que sa blessure ne soit pas trop voyante.

C’est à ce moment très précis que la voix de Nana vint frôler ses tympans, le blessant un peu plus dans son sentiment d’infériorité. Elle lui lançait qu’ils avaient tout le temps de se reposer maintenant et de lui de chanter car elle ne chanterait pas, ne chantant pas si bien selon elle. Encore une barrière comme toujours, pensa-t-il alors qu’il soupirait faiblement d’un air aigri qu’on pouvait sans aucun doute reconnaitre tant il était rare de le voir d’agir ainsi. Sans un mot, il se leva, attrapant un des micros présent devant la console alors qu’il commandait une chanson d’un groupe qu’il affectionnait particulièrement. Une chanson triste, douce qui lui permettrait dans une certaine mesure d’évacuer sa frustration. Durant le court délai que dura la mise en place de la chanson, il ne dit mot, le regard fermé alors qu’il avait toujours ses lunettes de soleil pour cacher plus ou moins son regard. Au première note de la chanson, il ferma doucement les paupières alors que sa voix se portait doucement dans la pièce, l’emplissant totalement pour quelques minutes.



the real charm of the actor,is to admit publicly that he is really the character.
Even though I can’t say it right now, even when I keep getting nervous looking at you. I always think of you... You don’t know yet, you don’t know my love... but I just need you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romantic-love.kazeo.com
avatar


Kimura Nana
Manager de "Origine"

Mais IRP, j'ai pour avatar : YUIJe suis âgé(e) de : 31Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 127Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 21/02/2012
MessageSujet: Re: Teasing is also an ultimate sign of affection. | PV Kimura Nana   Ven 27 Avr - 20:29

Combattre ses sentiments, faire taire ses sentiments était quelque de particulièrement difficile pour la jeune demoiselle qui se trouvait chaque jour aux côtés de l’homme qu’elle l’aimait. Bien entendu qu’elle avait cru pendant de nombreux mois qu’il s’agissait simplement d’une attirance ou d’un léger coup de cœur pour le jeune homme, après de nombreux mois aux côtés de si beaux jeunes hommes, il était relativement normal d’être un peu attiré par eux, n’est-ce pas ? Seulement, elle aurait dû seulement les trouver particulièrement charmant, tous, et pas un plus que les autres. Si son cœur battait plus rapidement aux côtés de Il Wook plutôt qu’un autre, cela n’était nullement normal et tout particulièrement pour elle qui se devait d’être particulièrement professionnelle. Dans son contrat de travail, il lui était bien certifié qu’en tant que manager elle ne devait nullement avoir une quelconque relation amoureuse avec les personnes dont elle s’occupait. L’abus d’autorité, le pouvoir qu’elle pouvait avoir sur eux pouvait être mal interprété par quiconque qui découvrait une possible relation d’amoureuse entre chacun des membres de groupe. Même si elle avait toujours été droite pendant son travail, il suffisait de rencontrer une personne malsaine pour profiter de n’importe quelle situation pour la faire licencier. Parmi tous les employées et cadres que composaient cette compagnie, peut-être que certains se trouvaient particulièrement jaloux de la position de la jeune demoiselle qui ne possédait que vingt-cinq ans.

Bien entendu qu’en cet instant, elle devait s’imaginer des choses bien impensables, des évènements qui sans doute n’aurait jamais lieu mais elle tentait de se convaincre elle-même que ces sentiments d’amour qu’elle possédait envers la personne de Il Wook n’avait aucune raison d’être. Elle se devait d’oublier ses sentiments, les faire taire et tout simplement se convaincre à elle-même qu’elle choisissait la bonne voie. Jamais Il Wook ne pourrait ressentir ces mêmes sentiments pour sa personne, son esprit se trouvait déjà bien épris par son amitié avec Hyun Wook et ses problèmes actuels, par leur retour sur la scène musicale après plusieurs mois de calme. Elle n’était que sa « noona », un statut qui lui plaisait mais qui chaque jour la faisait souffrir, elle aurait tant aimé être plus que ça mais cela était bien impossible. Elle se devait d’être réaliste et oublier ses sentiments qui au final ne pourraient que lui causer des problèmes dans son travail et dans son sérieux. Oublier, faire taire ses sentiments, souffrir en silence, il ne lui restait que cette option.

Mentir était une chose qu’elle détestait tout particulièrement mais à présent qu’elle se trouvait Il Wook et ses fans, elle ne pouvait que le faire alors qu’il ne cessait de la taquiner ouvertement en lui faisant la remarque qu’enfin elle le voyait plus que comme un enfant puisqu’elle l’avait appelé comme un preux chevalier. Depuis bien longtemps, en vérité, elle avait cessé de le voir comme un enfant mais elle avait toujours souhaité ne pas lui avouer, tentant de se convaincre elle-même qu’il n’était pas devenu encore un homme. Le contraire de la réalité, il lui suffisait d’observer sa silhouette pour s’en rendre compte, son corps d’adolescent avait disparu depuis quelques années pour faire naitre un corps musclé d’homme, sans oublier tout ce qu’il avait dû ses derniers mois et tout particulièrement depuis la mort de son père Il Wook était un homme, l’enfant avait depuis bien longtemps disparu pour laisser place à cet homme qui ne cessait ô grand jamais de faire battre son cœur plus rapidement à ces côtés.

Blesser, elle s’était rendu incontestable qu’elle l’avait fait, elle connaissait bien trop Il Wook pour connaitre ses réactions mais elle se devait de ne pas réagir, faire taire ses sentiments en cet instant. Elle ne voyait nullement comment elle aurait pu réagir sans dévoiler ses sentiments au jeune homme, alors elle se devait se taire. Bien entendu qu’elle avait prononcé ses mots avec le sourire, avec humour mais au fond d’elle elle ne pensait nullement, depuis bien des mois elle avait changé à son propos. Seulement, elle devait faire comme si cela n’était qu’un trait d’humour pour ne pas l’offusquer et ne pas se blesser elle-même dans ses mots.

Les propos de Il Wook la firent tendrement sourire, sans aucun doute que le jour où elle rejoindrait Twitter, Tae Young comme les autres membres du groupe risquait de la taquiner à ce propos s’amusant elle mais cela ne pouvait que la divertir. D’autant que les fans pouvaient l’observer aussi mais cela n’était pas un problème, Twitter restait public et il n’y aurait aucun problème, elle ne mettrait jamais rien de très privé. Les fans semblaient se sentir plus proche de leurs idoles au travers de leur compte Twitter, un fait quelque peu étrange mais à la fois compréhensible à ses yeux. Le fait de voir en photographie les cadeaux qu’il avait reçu il y avait seulement quelques minutes, n’avait sans doute pas de prix pour celles-ci. Se faire remarquer par notre idole se trouvait déjà être le plus beau cadeau qu’on puisse avoir pour certaines personne, ce qu’elle comprenait un peu, ayant elle aussi vécut cet instant de ce besoin de reconnaissance quand elle n’était qu’une simple musicienne à l’université. Une musicienne qui peut-être avait un fort potentiel dans la musique, mais elle avait souhaité abandonner son rôle de musicienne, au plus grand regret de ses amis, pour se consacrer à devenir manager et poursuivre ses rêves dans ce domaine. Cela ne l’empêchait jamais cependant de jouer lorsqu’elle avait le temps de sa guitare, lorsqu’elle avait besoin de ressourcer et de se changer les idées. Le son de sa guitare et sa voix l’accompagnant était une sorte de calmant, qui apaisait chacune de ces craintes, repenser à ses chansons écrites dans le passé était résolument plaisant. Il n’y avait que peu de personnes à ce jour qui était au courant de son don et cela lui suffisait amplement, ne souhaitant pas resonger à ce passé empli de liberté disparu depuis longtemps.

Si en cet instant, dans ce même karaoké elle n’avait souhaité nullement au fond d’elle chanter, c’était bien parce qu’elle ne souhaitait nullement replonger dans ses souvenirs lointain. Non, pas qu’elle manquait de confiance ou quoi que ce soit, elle ne souhaitait nullement être entendu.

Ces quelques pensées furent coupées par le soupir légèrement agacé d’Il Wook, qui semblait tout autant deçu de ne pas entendre sa voix ; se murant dans un silence sans fin jusqu’au début de sa chanson et à attendre sa voix ô douce et calme. Seulement, au contraire de son habitude, sa voix ne semblait pas si claire et enchantée, sa voix exprimait ses états d’âmes. Un état d’âme dans lequel elle avait toute sa responsabilité, celle de l’avoir blessé avec ses mots. Une chanson triste, il en chantait une, une chanson qu’il semblait connaitre tout particulièrement alors qu’il se laissait aller dans celle-ci, les yeux fermés, laissant la pièce s’emplir de sa voix et uniquement sa voix. Elle aurait tant aimé venir le prendre dans ses bras, lui avouer ses sentiments, les raisons qu’il l’amenait chaque jour à se montrer peut-être parfois un peu plus froide avec lui que les autres mais il lui semblait bien impossible de le faire, la peur possédant son être en cet instant. Les paroles de sa chanson étant tout aussi renversantes que ces propres sentiments, entendre la douce voix de l’être que l‘on aimait était toujours particulièrement émouvant. Gardant les yeux fermés, elle se laissa emporter par la musique jusqu’à la dernière note de la chanson, avant de les rouvrir pour apercevoir la silhouette de Il Wook.

L’apaiser ? En cet instant elle ne savait nullement comment elle pouvait le faire, sa raison lui empêchant de lui avouer ses sentiments. Seulement, même si elle ne l’avait pas souhaité au départ, elle chanterait au moins une fois une chanson pour celui-ci, dans le seul but de faire en sorte qu’il se sente peut-être un peu mieux à ses côtés et qu’un vrai sourire apparaisse sur ses lèvres. Ainsi, prenant son courage à deux mains, elle se saisit de la télécommande pour changer de chansons et sélectionner une chanson en japonais, une très vieille chanson qu’elle avait déjà eu le loisir de chanter dans son passé. Une chanson que lui chantait son père depuis sa plus jeune enfance et dont elle avait toujours eu le plaisir de chanter et d’apprécier sa grande signification. Fermant les yeux à nouveau, elle écouta simplement les premières notes avant de commencer à laisser libre court sa douce voix, cette voix qui avait toujours eu le don de toucher bon nombres de personnes à l’époque où elle faisait partie encore d’une groupe. Tenant le micro dans ses mains, elle se laissa emporter par la chanson, en essayant de faire de son mieux pour transmettre ses émotions à son locuteur. Elle espérait au fond d’elle que ses efforts n’étaient pas vain et que Il Wook allait apprécier cette chanson. Elle resta donc ainsi jusqu’à que la chanson se termine et ouvrir ses yeux pour voir la douce silhouette de l’être qui faisait battre son cœur.

Ne réussissant nullement à se contrôler, elle se dirigea simplement vers lui avant de le prendre dans ses bras, tendrement avant de venir murmurer d’une voix tendre : « Il Wook, je ne te vois plus comme un enfant… n’en doute pas. C’est juste que … j’essaie de me convaincre de quelque chose d’important… je ne souhaitais pas de blesser, vraiment pas, je te demande pardon. »


Elle termina ses mots en fermant les yeux, n’osant parler plus de peur d’aggraver la situation et de se trahir tout simplement. Il Wook ne devait pas être mis au courant de l’amour qu’elle ressentait pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Park Il Wook
Membre de "Origine" & Etudiant

Mais IRP, j'ai pour avatar : Son Dong Woon [BEAST]Je suis âgé(e) de : 27Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 360Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 14/02/2012
MessageSujet: Re: Teasing is also an ultimate sign of affection. | PV Kimura Nana   Sam 28 Avr - 12:46

L’amour était résolument un sentiment que le jeune homme qu’il était avait bien connu. Amoureux, il l’avait été près de deux ans, d’une demoiselle qui était à ses yeux l’incarnation d’un ange. Une fille à la générosité de cœur, souriante, passionnée, qui n’avait dans sa vie qu’un seul but : apporter du rêve et du sourire à ceux qui n’avaient plus la force de le faire. Une ambition si louable qu’il ne pouvait nier que c’était résolument cette dernière qui avait rendu son inclinaison si forte à son égard tant elle lui semblait parfaite. Une perfection qui l’était réellement et ce même encore à l’heure actuelle. Cette demoiselle se prénommait Mee Na, une passionnée de la musique, une de celles qui pouvait passer presque toutes ses journées derrière son piano à composer et chanter. Son utopique rêve était de percer dans la musique, d’être en mesure de porter sa voix ô delà de ce qu’il lui était actuellement possible. Elle souhaitait être sous les feux des projecteurs, voir cette lueur d’espoir dans chacun de ses spectateurs, d’être dans une certaine mesure un remède contre leur mal personnel. Lorsqu’elle lui avait parlé de cela, elle semblait tellement heureuse, si enthousiaste à l’idée que cela puisse être un jour possible. Quand bien même les efforts qu’elle devrait fournir pour être en mesure d’accéder à son rêve, elle s’en sentait la force et était prête à se tuer à la tâche s’il le fallait. Le résultat de tout cela n’en serait qu’encore envoutant et vivifiant. Un rêve dans lequel il l’avait soutenu de tout son cœur, passant du temps avec elle pour travailler ses morceaux, riant avec elle de ses gaucheries en chant car il n’était alors qu’un débutant. Le chant n’était résolument point sa spécialité à cette époque, on pouvait même avouer qu’à ce moment là, il n’aurait nullement eu le niveau pour être en mesure d’accéder au cercle très fermé de trainee. Si il en avait été capable, c’est bel et bien parce qu’il était parvenu à l’avoir aux côtés de cette femme qui ne quittait point son esprit, quand bien même cinq longues années s’étaient écoulées depuis son décès.

En toute sincérité s’il avait accepté de suivre Hyun Wook dans l’accomplissement de ce rêve qu’on considérait comme utopique et impossible à réaliser, c’est bel et bien parce qu’il s’était nourri de cette énergie qu’avait possédé le cœur, l’âme de Mee Na. Pour elle, pour réaliser le rêve qu’elle n’avait pu accomplir, il désirait corps et âme devenir cette idole, briller dans le regard de ses personnes, être en mesure d’y trouver un certain réconfort dans cette quête qu’était devenue la sienne, obtenir de l’amour comme en donner tout simplement en retour sur scène, dans ses actes, ses paroles. L’affection qu’il avait pour ses fans était très sincère, elles étaient à ses yeux des noonas qui veillaient sur lui, qui remplissaient dans une certaine mesure le rôle de mère à ses yeux, ce que n’avait jamais fait sa génitrice quand bien même connaissait-il désormais son identité et était-il amené à faire sa rencontre à de nombreuses occasions. Nana était résolument celle qui remplissait parfaitement ce rôle. Elle veillait sur lui, faisait en sorte de prendre soin de lui comme une mère se devait de le faire mais à son contact, Il Wook désirait bien plus que cela. Inconsciemment et malgré lui, il s’était rendu compte que ses sentiments bien innocents à son attention lors de leur début avait bel et bien changé pour se transformer en quelque chose de différent, égal à cet amour qu’il éprouvait encore pour Mee Na. Lorsqu’elle n’était pas à ses côtés, il voulait la voir, admirer son doux sourire quand bien même ce dernier se faisait si réservé avec lui, si poli. Il lui avait fallut énormément de temps pour se rendre compte que Nana était différente avec lui, qu’elle avait prise l’habitude d’ériger une barrière bien définie entre eux d’eux qu’elle n’avait pas avec les autres membres du groupe. Tandis qu’elle semblait considérer ses camarades comme des hommes, elle s’efforçait de lui faire comprendre qu’il n’était qu’un enfant à ses yeux, encore et toujours. Cette idée auparavant l’aurait sans aucun doute amusé, reconnaissant que son comportement enfantin, empli d’innocence devait résolument être la base d’une telle image de sa part mais plus maintenant. Il ne voulait plus qu’elle le regarde comme un enfant. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il était désormais amoureux d’elle, il le savait, le sentait. Depuis des mois, il ressentait l’envie de la prendre dans ses bras, lorsqu’il voyait une mèche rebelle de cette dernière effleurer son doux visage pendant qu’elle lui parlait, il devait se contenir pour ne point la replacer à sa place et profiter par la même occasion de frôler sa peau du bout de ses doigts.

Seulement ce genre de contact lui était présentement interdit et il se devait même d’écarter cette idée de son esprit mais il n’y parvenait point. Peut être était-ce égoïste de sa part de vouloir n’en faire qu’à sa tête mais il ne pouvait rien faire pour lutter contre ce sentiment qui l’envahissait jour après jour un peu plus profondément. C’est pour cela qu’il avait prit si durement les paroles de cette dernière à cœur. Ses dernières ne cessaient ô grand jamais de lui renvoyer l’idée qu’il n’était et ne serait jamais à la hauteur de la femme qu’elle était et il ne pouvait nier que son cœur saignait à cette idée. Il était donc logique, qu’il réagisse ainsi, qu’il se renferme sur lui-même comme une huitre pour tenter d’atténuer la moindre douleur possible mais cela était résolument dur. Encaisser, il avait l’habitude de le faire, il ne savait faire que cela mais nul être ne pouvait imaginer ô combien il était facile de le blesser, Nana y comprit sans aucun doute. C’est donc plongé dans un silence de plomb que l’ambiance bonne enfant auparavant était tombée tandis qu’il broyait du noir dans son coin, vexé, blessé tel un gamin aurait fait de même. Il en avait certes conscience mais il préférait agir ainsi qu’autrement en exposant si franchement ses émotions, on n’y gagnait jamais rien en faisant cela. Il s’était donc dirigé vers la console pour sélectionner une chanson. Une chanson triste qui lui permettrait inconsciemment de soulager la tristesse qui habitait son être depuis quelques minutes. C’est en son âme et conscience, qu’il se plongea totalement dans la chanson, laissant sa voix ô puissante et douce emplir la salle tandis qu’il pouvait clairement laisser ses émotions transparaitre sans la moindre hésitation. A la fin de la chanson, il rouvrit doucement les paupières derrières les glaces de ses lunettes opaques qui empêchait clairement quiconque de comprendre ô combien il souffrait de cette distance entre la personne qu’il chérissait désormais et lui. Il se sentait légèrement mieux, moins empli de tristesse mais cette chanson avait été une mince consolation pour son cœur qui ne cessait de désirer être un homme aux yeux de cette femme qui avait pu l’entendre chanter, uniquement pour elle, pour tenter dans une certaine mesure de lui faire partager une partie de ces sentiments.

Une femme qui semblait avoir comprit dans une certaine mesure que cette distance entre eux deux le blesser tandis qu’elle venait à sa hauteur pour choisir une chanson, attrapant un micro tandis qu’une mélodie ô reposante prenait place dans la pièce. Surprit, résolument touché par cela, il ne la lâcha point du regard alors que la douce voix ô envoutante et mélodieuse de cette dernière venait embaumer son cœur dans une douce chaleur qui ne faisait que rendre son trouble plus visible. Elle chantait merveilleusement bien, se trouvait être si belle, si attirante, si captivante à ses yeux à cet instant, qu’il avait énormément de mal à rester de marbre, à faire comme si elle ne faisait rien naitre en son être. L’envie de la prendre dans ses bras, de lui dire une partie de ses sentiments se faisait cruelle tandis qu’il s’efforçait de ne point rompre cet instant ô magique qu’il semblait vivre à l’heure actuelle. Son regard la dévorait du regard, comme on pourrait contempler un ange. Lorsque la chanson prit fin et que la demoiselle se tourna vers lui, il eut énormément du mal à rester de marbre, d’autant plus lorsqu’il sentit les fins bras de cette dernière venir le prendre dans ses bras de la façon la plus naturelle qu’il soit. Un contact rapproché entre leurs deux êtres, le tout premier qu’ils semblaient se concéder l’un envers l’autre. A cet instant, c’était comme si plus aucune frontière ne les séparait l’un de l’autre. Inconsciemment, ses doigts vinrent l’enlacer à leur tour, se sentant résolument bienheureux de cette étreinte. Une étreinte qu’il ne voulait point voir cesser, se laissant pleinement enivrer par le parfum de cette dernière, la douceur de ses traits tandis que son cœur ne cessait de battre la chamade, quelque peu bouleversé par ce revirement de situation. Lorsque les paroles de cette dernière se frayèrent un passage dans son esprit, alors qu’elle lui avouait qu’elle ne le voyait plus comme un enfant mais qu’elle essayait juste de se convaincre de quelque chose d’important, il ne sut que dire à cela. Son cœur se gonfla d’un doux espoir qu’il semblait comprendre qu’il était éphémère quand bien même cette dernière ajoutait qu’elle ne souhaitait point le blesser.

Seulement, il se trouvait bien trop déstabilisé pour tenter d’être rationnel, de contenir cette spontanéité qu’était sienne. Mentir, il n’en était résolument incapable car il détestait ô combien les mensonges dans lesquels il avait dut vivre depuis son enfance. Honnête, il voulait toujours l’être, quitte à assumer l’entière responsabilité de ses actes. C’est donc pour cela qu’il resserra son étreinte autour du corps de Nana avec tendresse mais aussi avec amour. Très doucement son visage vint doucement se placer contre les cheveux de cette dernière alors qu’il laissait ses bras s’entrelacer autour de ses hanches, l’obligeant à se tenir plus fermement collé à sa chair. C’est dans une voix quelque peu fébrile qu’il s’entendit murmurer.

« Je ne sais pas ce que tu essayes de te convaincre, ni même ce que je suis supposé comprendre à travers ces mots noona, mais je n’aime résolument pas cette distance qu’il y a entre nous deux. J’aimerais tellement être en droit d’agir ainsi… je ne fais que rêver de cela… »

Très doucement l’une de ses mains guidée par son cœur, vint se glisser sur les fins bras de la jeune femme, profitant de la chaleur du tissu que cette dernière porter tout comme du contact qu’il se concédait à avoir à son attention. Ses mêmes doigts se posèrent sur les traits de son visage, les caressant avec tendresse alors qu’ils vinrent relever le visage de cette dernière vers le sien. Le regard que celle-ci lui lançait se voulait être aussi déstabilisé que le sien. La tentation de ses lèvres se faisaient oppressantes, quasi invivable alors qu’il sentait doucement son visage descendre vers le sien. Il avait pleinement conscience qu’il s’agissait d’une folie mais il ne pouvait lutter contre les battements de son cœur qui désirait tant être en mesure de satisfaire ce besoin, cette envie qu’il avait de lui faire comprendre ce qu’il l’obligeait à ressentir. C’est donc dans un geste très doux et résolument tendre, qu’il sentit doucement leur souffle se mêler alors qu’il avait fermé doucement ses paupières en sentant son cœur bondir au fond de sa poitrine lorsque leurs deux jumelles se rencontrèrent pour la toute première fois. Avec timidité, il laissa ses lèvres découvrir celles de la jeune femme, glissant ses doigts derrière la nuque de cette dernière pour profiter pleinement de ce contact aussi nouveau qu’était celui de la sentir au creux de ses bras. Le bonheur qu’il ressentit à cet instant, lui gonfla le cœur alors qu’il sentait leurs lèvres se rencontrer en de douces étreintes, alors qu’il avait l’impression à la fois de vivre un rêve et le début d’un cauchemar. A cet instant les conséquences de son geste, des mots qui allaient suivre la rupture entre leurs deux êtres n’effleuraient nullement son esprit mais elles étaient proches, résolument. Dès lorsque ses lèvres auraient quittées celle de Nana, elle allait parler, réprimer sans doute son geste peut être ? Qui sait mais en attendant elle était sienne, à lui et il ne souhaitait nullement se détacher de son être.

C’est donc tout naturellement que ses lèvres quittèrent peu à peu leurs prisonnières, le laissant quelque peu orphelin au fond de son être. Son souffle brulant continua cependant à se mêler le sien, ses yeux embrumés par l’émotion se rouvrirent pour rencontrer ceux de cette femme pour qui son être s’ébranler alors qu’il murmurait simplement dans une voix douce mais terriblement brisée.

« Je t’aime Nana… je t’aime… »



the real charm of the actor,is to admit publicly that he is really the character.
Even though I can’t say it right now, even when I keep getting nervous looking at you. I always think of you... You don’t know yet, you don’t know my love... but I just need you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romantic-love.kazeo.com
avatar


Kimura Nana
Manager de "Origine"

Mais IRP, j'ai pour avatar : YUIJe suis âgé(e) de : 31Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 127Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 21/02/2012
MessageSujet: Re: Teasing is also an ultimate sign of affection. | PV Kimura Nana   Jeu 31 Mai - 22:24

L’amour, l’amour n’était pas un sentiment inconnu pour la jeune demoiselle. Elle avait eu au cours de son existence plusieurs occasions de le ressentir auprès de différentes personnes, des amours qui avaient pu être relativement fort comme très faible. On ne pouvait nullement comparer l’amour qu’elle avait pu ressentir lorsqu’elle était une enfant à l’amour qu’elle avait ressenti pour son vrai premier petit ami au lycée, comme à l’amour qu’elle ressentait aujourd’hui pour l’homme qui faisait battre son cœur silencieusement, cet homme qui se trouvait si proche d’elle à présent, l’homme qu’elle tenait dans ses bras à présent. L’amour était un sentiment complexe, très complexe qui serait sans doute encore aujourd’hui un grand mystère pour la demoiselle. Elle n’avait jamais su comprendre l’amour qu’elle pouvait ressentir pour une personne… A vrai dire dès lors qu’il s’agissait de sa propre personne, elle se trouvait toujours désorientée et bien incapable de savoir réagir presque rationnellement, telle une enfant. Elle avait été formée involontairement depuis ses 13 ans à être une adulte et à devoir diriger une famille, son père se trouvant bien trop souvent absent et occupé par ses affaires. Elle avait dû d’une certaine manière élevé son frère seule, loin des domestiques ou maitre de maisons, la demoiselle ne souhaitant nullement obéir à des personnes extérieures à sa famille. De ce fait, elle avait appris en quelques mois à presque gérer la vie de son frère et à présent, celle de plusieurs hommes depuis son entrée dans la compagnie de divertissement. Gérer la vie des autres lui paraissait bien souvent beaucoup plus simple que la sienne, la sienne qui se trouvait parfois un peu complexe pour celle-ci. D’autant plus depuis le jour où elle avait découvert la nature des sentiments qu’elle ressentait pour ce jeune homme qu’elle devait affronter chaque jour à son lieu de travail, un homme avec lequel elle avait une relation différente des autres et bien alambiqué, dominée par l’amour.

Un amour qui ne cessait ô grand jamais de la faire souffrir, persuadée que cet amour ne pourrait l’emmener nulle part si ce n’était dans la souffrance. Aimer un de ses protégés lui avait été interdit dans son contrat, tout particulièrement à présent que ces personnes se trouvaient être des personnes connues et adulées par des milliers de fans qui la détesteraient lorsqu’ils apprendraient la véritable nature de ses sentiments. Lutter, elle avait tenté de lutter pendant des semaines et des mois avec difficulté contre l’amour qu’elle ressentait mais à présent qu’elle avait cédé, il lui semblait bien impossible de pouvoir revenir en arrière. Elle n’avait pas su résister et était venu le prendre dans ses petits bras pour tenter de calmer sa peine après lui avait chanté, pendant quelques minutes, une douce chanson qu’elle avait toujours eu le plaisir de partager avec les personnes qu’elle aimait. Nana avait seulement suivi ses instincts et était venue rejoindre les bras de l’homme qui faisait battre son cœur, ne pouvant s’empêcher d’apprécier enfin le doux contact de leurs deux corps réunis dans un câlin plein d’affections. Elle se contentait alors de fermer les yeux une fois qu’elle eut finit sa déclaration ne souhaitant nullement que le jeune homme découvre la sincérité de ses plus profond sentiments. Mentir, il lui suffisait seulement de mentir pour ne pas qu’il se rende compte qu’elle lui cachait une grande partie de ses sentiments…

Il lui était bien incapable à ce moment-là de savoir si Il Wook avait su lire entre les lignes de ses paroles, s’il avait su voir ce en quoi la jeune demoiselle se persuadait depuis de longues semaines. Seulement, en cet instant la seule chose qu’elle pouvait faire était bien celle d’attendre la réaction de celui-ci… une réaction qui vint relativement vite dans le sens où quelques secondes après ses paroles, le jeune homme resserrait leur douce étreinte, venant entrelacer ses bras autour de ses fines hanches, comme pour tenter de se réconforter mutuellement.

Nana crut encore défaillir alors qu’elle entendait la voix fébrile de l’être cher si près de son oreille, appréciant bien plus que raisonnablement le contact entre leurs deux corps. Il Wook ne comprenait nullement ce qu’elle essayait de se convaincre, ni même ce qu’il était supposé comprendre à travers ces mots mais il n’aimait nullement la distance qu’il y avait entre les deux. Il aurait aimé être dans le droit d’agir de la sorte, il ne faisait simplement que de rêver cela. Nana ne cerna nullement ce dont Il Wook voulait parler dans ces derniers mots, elle se contenta alors seulement de rester dans ses bras, ne souhaitant nullement quitter ses bras qui la réchauffaient et l’éloignaient de la plupart de ces problèmes, de ses sentiments. Il suffisait seulement de profiter de ce contact avant qu’Il Wook ne décide de la repousser et d’éloigner leurs deux corps, un moment qu’elle redoutait du plus profond de son cœur. Nana eut cependant à ouvrir les yeux alors qu’elle sentait l’une des mains d’Il Wook se glisser sur ses bras. Les doigts de sa main venant se poser les traits de son visage, effectuant de légères caresses alors qu’il venait relever son visage vers le sien. Des gestes qui ne pouvaient que l’électriser et faire en sorte que son rythme cardiaque s’accélérait. Depuis le temps qu’elle avait rêvé de sentir sur son corps les mains de cet homme, pouvoir admirer son regard amoureux et son visage de si près qui se rapprochait du sien, jusqu’à faire rencontrer leurs lèvres une première fois. Ce ne fut qu’à cet instant qu’elle sembla se réveiller de ce doux rêve, ses lèvres sur le siennes n’était pas un rêve… Il Wook venait bien de l’embrasser, d’abaisser son visage pour faire rencontrer leurs lèvres dans un baiser des plus doux. Il Wook ressentait-il comme elle des sentiments d’amour, cet amour se trouvait-il réciproque ? Tant de questions qui disparaissaient tout aussi vite alors que son cœur lui disait seulement de profiter de cet instant et de ce baiser, un baiser ô merveilleux et doux. Peut-être serait-ce le seul qu’elle recevrait d’Il Wook alors elle se devait seulement de profiter de ce baiser, n’hésitant pas à son tour de venir rapprocher leurs corps, venant caresser tendrement le dos de l’homme qui l’embrassait. Il Wook n’était nullement en enfant, il s’agissait d’un vrai homme, il n’y avait plus personne qui pouvait en douter…

Seulement, à son plus grand déplaisir elle sentit peu à peu à ce baiser se terminer et les lèvres du jeune homme s’éloigner des siennes. Elle dut ouvrir alors à nouveau ces yeux afin d’enfin affronter le regard ô rempli d’émotion d’Il Wook, elle cherchait avec espoir la signification de son geste à présent, espérant peut-être lire dans son regard que ses sentiments se trouvaient réciproques. Des réponses qu’elle sembla trouver alors qu’elle pouvait observer des yeux embrumés par l’émotion, des réponses qu’elle trouva aussi à ses mots. Des mots qui ne purent que l’émouvoir, faire vibrer tout son être tant l’émotion qu’elle vivait se trouvait forte. Il Wook l’aimait, Il Wook l’aimait, Il Wook l’aimait, Il Wook l’aimait… était-il possible qu’elle puisse être plus heureuse qu’en cet instant ? L’amour qu’elle tentait de cacher depuis tant de semaines, tant de mois se trouvait être réciproque. Elle vivait un rêve, un rêve dont elle ne souhaitait nullement se réveiller, d’aucune manière. Sans qu’elle réussisse à se contrôler une larme vint s’écouler sur son doux visage, une larme de joie, une larme qui représentait tout le bonheur qu’elle ressentait en cet instant même si elle savait qu’à présent leur relation risquait d’être particulièrement compliquée. Elle ne put alors que lui offrir le plus merveilleux des sourires qu’elle pouvait réaliser avant de venir lui murmurer d’une voix tremblante et remplie d’émotion.

« Je t’aime… je t’aime Park Il Wook. . .» dit-elle avant de fermer les yeux et de cacher son visage dans le haut de son torse, bien trop émue par les émotions qui la traversait. « Je suis désolée de t’avoir fait souffrir… j’essayais seulement de me persuader que cet amour se trouvait impossible et interdit… que tu ne pouvais pas m’aimer comme je t’aimais... alors j’ai voulu établir une certaine distance… je suis désolée… je t’aime Il Wook .»

Elle termina ses mots s’agrippant à nouveau sur le corps d’Il Wook, serrant le haut d’Il Wook avec ses petites mains comme pour ne jamais le quitter. Savoir que l’être que l’on aimait nous aimait était quelque chose de véritablement magnifique, même si elle ne savait nullement si cet amour se trouvait réalisable, si une histoire d’amour était possible, elle ne cessait pas d’être heureuse. Son cœur battait à un rythme effréné, tant son corps se trouvait traversé par tant de sensations et sentiments. «Aishiteru… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Park Il Wook
Membre de "Origine" & Etudiant

Mais IRP, j'ai pour avatar : Son Dong Woon [BEAST]Je suis âgé(e) de : 27Mon nombre de récits postés sur le forum est de : 360Je suis présent(e) sur le forum depuis le : 14/02/2012
MessageSujet: Re: Teasing is also an ultimate sign of affection. | PV Kimura Nana   Sam 2 Juin - 13:39

Déraisonné, sans aucun doute que son cœur l’était à ses yeux et ce depuis tant d’années. Ce dernier se trouvait être l’entier responsable de toutes les peines, tourments qui l’accablaient depuis sa plus tendre enfance. Bien trop bienveillant, ce dernier n’avait de cesse de s’affectionner de tout être qu’il rencontrait avec une plus grande force, au point qu’il s’agissait parfois d’une véritable déchirure pour sa personne que de devoir quitter ses derniers ou les voir partir. Pourtant, il avait bien conscience que tous ses aléas constituaient la dure loi de la vie, mais il n’en restait pas moins qu’en dépit de cela, son organe n’était nullement en mesure d’être raisonné. Lorsqu’il aimait une personne, il avait énormément du mal à le camoufler, n’en voyant nullement la nécessité tant son affection se trouvait être légitime, sincère. Pourquoi devrait-il avoir honte d’avouer qu’il appréciait une personne, qu’il chérissait certaines comme la prunelle de ses yeux ? Est-ce que les sentiments naturels et profondément humains devaient devenir une honte dans ce bas monde ? Si c’était le cas, il n’en avait que faire alors, il n’était résolument pas en mesure de contenir ses sentiments avec une personne bien longtemps. Il faut dire que ses agissements le trahissaient toujours et il était presque évidant aux yeux de son entourage, que l’affection qu’il portait à Nana était résolument bien d’une nature différente à celle qu’il pouvait avoir pour les noonas du milieu. S’il avait été en mesure de ne point laisser transparaitre ses sentiments jusqu’à maintenant, cela était seulement du à la distance que cette dernière avait toujours instaurée entre eux deux. Une frontière qui lui était difficile d’effacer et qui ne cessait de se renforcer à chaque fois qu’il tentait de l’outrepasser, venir à sa hauteur. Une barrière qui n’avait eu de cesse de le tourmenter tandis qu’il la voyait si naturelle, si attachante avec les autres membres du groupe, les considérant et les voyant comme des hommes alors qu’il se retrouvait à être le seul mit ainsi de côté, confinait à l’image que cette dernière avait souhaité.

Seulement cette dernière était enfin venue à sa hauteur, avait brisé cet obstacle qui s’était toujours tenu entre eux deux, lui murmurant des mots qui n’avaient fais que nourrir cet espoir que ce dernier avait de savoir ses sentiments enfin partagés. Il n’avait alors pu se maitriser plus longtemps, son cœur ne pouvant nullement s’empêcher de bondir au creux de sa poitrine alors qu’un bien être si puissant prenait peu à peu place dans son être. Il lui était si délicieux de sentir l’échine de cette dernière contre sa chair, d’être en mesure de pouvoir s’enivrer de l’odeur si exquise de son parfum qui n’avait jamais autant éveillé ses sens qu’à l’heure actuelle, qu’il n’avait pu que se trouvait fébrile à ses côtés. Son cœur avait battu si naturellement à cette étreinte que son esprit n’avait pu plus longtemps résister, laissant pleinement son être n’être que le pantin de son cœur. C’est ainsi, qu’il était venu murmurer ses mots à Nana en l’enlaçant encore plus fermement à lui, sentant irrévocablement ce désir de la savoir contre lui s’exprimer. Il lui avait alors susurré avec fébrilité qu’il ne savait pas ce qu’elle essayait de se convaincre, ni même ce qu’il était supposé comprendre à travers ces lignes mais qu’il n’aimait résolument pas cette distance qu’il y avait entre eux. Il lui avait même avoué qu’il aimerait tellement être en droit d’agir de la sorte, la prendre ainsi dans ses bras, laisser pleinement ses sens réagir à leur convenance comme dans ses plus beau rêves. Ces rêves dans lesquels ses sentiments n’étaient pas prohibés, où il pouvait simplement lui murmurer ce qu’il ressentait sans avoir peur de rien, découvrir ses lèvres autant qu’il le souhaitait avec douceur. La scène résolument merveilleuse qu’il était en train de vivre l’avait pleinement embarqué au point qu’il n’avait pu retenir les battements de son cœur. D’un geste doux et démontrant l’ampleur et la profondeur de ses sentiments, il était venu sceller leurs lèvres les unes aux autres dans de délicieuses et électrisantes étreintes qui ne cessait qu’emplir son être d’une chaleur résolument bienfaitrice. Ces dernières se trouvaient être aussi douces qu’il ne l’avait imaginé, il désirait aisément être en mesure de les frôler continuellement sans la moindre gêne, profiter de cet instant où il se retrouvait suspendus à ces dernières comme si elles représentaient tout ce qu’il y avait de plus important au monde.

Il sentait tellement accompli ainsi, ses doigts échoués sur la nuque de cette dernière qui la caressait avec affection, qu’il avait du mal à se résigner à laisser son être se détacher du sien, rompre de nouveau tout contact entre ses lèvres qui se découvraient pour la toute première fois. Il ne sut combien de temps s’écoula avant qu’il ne consente à sa raison et mettra fin à ce baiser qui le laissait tout en émoi, fébrile et résolument sans voix. Laissant pleinement son souffle brulant venir se mêler à celui de la jeune femme, il ne pu que se résoudre qu’à dire ses mots que son être criait depuis de longues minutes dans une voix si brisée par l’émotion qu’elle en était résolument captivante. Cette déclaration n’attendait pas vraiment de réponse, si ce n’est un total rejet. Lui-même prenait bien conscience que la réciprocité du sentiment qui l’étreignait n’était pas totalement possible et quand bien même l’était-elle, il y avait une barrière à leur amour : leur statut. Lui, en tant qu’idol ne devait point avoir de petite ami, il se devait d’appartenir pleinement à ses fans et cela jusqu’à ce jour ne l’avait nullement dérangé. De son côté, Nana ne pouvait avoir une relation avec l’un de ses protégés, cela allait à l’encontre de tous les principes. Mais qu’étaient-ce les principes face à la force de sentiments si précieux et si forts que pouvaient être les leurs ? Rien. Nul être ne pourrait leur en vouloir de ressentir un tel sentiment. Du moins, c’était ce qu’il voulait y croire. A travers l’opacité de ses lunettes, Il Wook observait Nana avec tendresse et émotion, tentant de lire en elle, une quelconque réaction positive à ses mots, son geste. Le simple fait qu’elle ne se soit pas écartée de lui, lui signifiait qu’elle n’était point scandalisée, heurtée par son geste et ne le réprimait pas. Cela était déjà beaucoup à ses yeux alors qu’il avait la tristesse de voir une larme se frayait un passage sur sa joue, la mouillant simplement. Une goutte d’eau qui le rendait d’autant plus fébrile alors qu’il sentait son pouce l’essuyait simplement du bout du pouce alors qu’elle le regardait avec émoi. Une fébrilité tant similaire à la sienne que lorsqu’il la vit sourire, lui offrant par la même le plus beau qu’il soit, il ne pu s’empêcher de sourire de bonheur, fermant délicatement les yeux tandis qu’elle lui avouait à son tour ses sentiments. Elle lui avoua qu’elle l’aimait, qu’elle n’aimait que lui venant cacher son visage au creux de sa poitrine alors qu’elle lui susurrait qu’elle était désolée de l’avoir fait souffrir, qu’elle essayait seulement de se persuader que cet amour se trouvait impossible et interdit. Elle ajouta qu’elle pensait qu’i ne pouvait l’aimer comme elle l’aimait alors cette distance n’avait été qu’un simple automatisme de défense.

L’entente de ses mots, l’électrocutèrent totalement alors qu’il la sentait renforcer son étreinte autour de son torse, prise résolument dans l’émotion qu’il l’assaillait alors qu’ils pouvaient sentir leurs cœurs battre à l’unisson dans un rythme si effréné qu’il en était presque inquiétant. Le sourire qui s’était figé sur ses lèvres devint plus brillant alors qu’il renforçait à son tour son étreinte autour de ses hanches alors que ses doigts venaient se mêler avec douceur dans sa longue chevelure que ses lèvres baisaient désormais avec amour et tendresse. Gestes qui se firent peu à peu plus passionnés alors qu’il relevait doucement le visage de cette dernière pour la dévorait du regard à travers ses lunettes, laissant ses doigts caresser sa nuque pour se choir sur sa mâchoire alors qu’il susurrait en rapprochant ses lèvres des siennes dans un tendre sourire.

« N’y pensons plus, Nana… Je t’aime et tu m’aimes… ne pensons plus qu’à cela, veux-tu ? Je suis si heureux en cet instant, si tu savais… »

Sur ses mots, il vint de nouveau reprendre possession des lèvres de cette dernière avec tendresse et passion dans un baiser des plus exquis qui contrairement au précédent se fit moins réservé, moins innocent. Avec émoi et bonheur, il laissa ses lèvres dévorait avec douceur les lèvres de cette dernières, venant même approfondir leur étreinte en capturant avec tendresse sa langue pour les mêler dans une danse des plus délicates. Emporté par ce bonheur fulgurant qui prenait pleinement place dans son esprit, il laissa ses doigts caresser sa nuque, descendre sur ses bras, se perdant pleinement dans ce baiser qui le rendait si profondément complet. A court de souffle et à son plus grand regret, il quitta enfin ces prisonnières dans un léger soupir d’aise alors que son regard se faisait si brillant derrière les verres de ses lunettes alors qu’il susurrait dans une voix si saccadée qu’elle en était fébrile.

« Alors… même si ce n’est pas raisonnable… même si un jour cela se doit de nous être reproché,… je ne pourrais pas faire comme si de rien n’était… oh non pas après ce que tu viens de m’avouer. Je te veux… je veux que tu ne sois qu’à moi désormais… quitte à braver les interdits… et vivre cet amour loin du regard des autres… tant que tu es à moi… tout me convient, nana. »

Le simple fait qu’il ne l’appelait plus noona était un gage de changement de sa part. Il ne voyait plus à cet instant précis comme une simple manager, noona ou femme. Non elle se trouvait être celle qu’il aimait et il ne pouvait plus le camoufler, du moins devant elle. A ses mots, il vint doucement poser son front contre le sien alors que ses doigts continuaient leur expédition sur la chair de sa nuque. Il se sentait tellement bien à cet instant, qu’il n’aurait voulu échanger et quitter cette étreinte pour rien au monde… il perdait complètement ses esprits mais cela n’avait que peu d’importance puisqu’il était amoureux et qu’il ne s’était pas senti aussi vivant depuis des années.



the real charm of the actor,is to admit publicly that he is really the character.
Even though I can’t say it right now, even when I keep getting nervous looking at you. I always think of you... You don’t know yet, you don’t know my love... but I just need you...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romantic-love.kazeo.com


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Teasing is also an ultimate sign of affection. | PV Kimura Nana   

Revenir en haut Aller en bas
 

Teasing is also an ultimate sign of affection. | PV Kimura Nana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Light Goes On Again ::  :: • Hongdae :: • Karaoké-